Un souper du ramadan à partager avec la communauté musulmane

Photo de Erika Aubin
Par Erika Aubin
Un souper du ramadan à partager avec la communauté musulmane
Photo à titre indicatif d'un iftar. La communauté musulmane de Drummondville offre un repas du ramadan ce samedi aux citoyens qui le désirent. (Photo : Deposit photo)

RAMADAN. La communauté musulmane de Drummondville profite de la période du ramadan pour offrir un repas traditionnel à tous les citoyens qui le veulent bien. L’événement gastronomique se tiendra ce samedi au Centre communautaire Saint-Jean-Baptiste, situé sur la 11e avenue.  

«Nous allons accueillir les gens vers 19 h 45 et nous briserons le jeûne à 20 h 18, comme le veut la tradition. Puis, nous partagerons l’iftar, le repas qui est pris chaque soir par les musulmans au coucher du soleil», a souligné Zine Taoura, l’un des fondateurs de l’association Coopération et amitié Canada Maroc (CACM) qui organise l’activité conjointement avec le Centre islamique de Drummondville (CID).

Cette activité a comme objectif d’offrir gratuitement un repas aux plus démunis et la communauté musulmane drummondvilloise profitera de l’occasion pour expliquer les rituels entourant le ramadan aux curieux.

La nourriture servie sera typiquement maghrébine avec une soupe harira — une soupe d’origine marocaine —, des bouchées et du poulet épicé à la marocaine.

«C’est vraiment un souper de partage pour faire connaître aux gens c’est quoi le ramadan et comment on se sent pendant ce mois», a ajouté M. Taoura, originaire du Maroc. Pour les musulmans, ce mois de jeûne est considéré comme une période «d’entraide, de générosité et de charité.»

Pour plus d’informations concernant l’activité gastronomique, ou pour réserver son repas, il est possible de contacter Aziza Aboulaz, membre de la CACM, au (819) 461-0295 ou Mohammed Hamzda, responsable du CID, au (819) 461-6708.

Le ramadan 

Le jeûne sacré du ramadan constitue le quatrième pilier de l’islam pendant lequel les musulmans ne doivent pas manger, boire et fumer avant l’aube, et ce jusqu’au coucher du soleil, sauf quelques exceptions. «C’est un mois qui permet également la croissance spirituelle», a fait savoir M. Taoura.

En 2019, la fête rituelle a débuté le 6 mai et devrait se terminer le 4 juin, selon l’apparition de la lune.

L’événement aura lieu au centre communautaire Saint-Jean-Baptiste.

 

Partager cet article