Sa présumée victime souffre toujours

Photo de Frederic Marcoux
Par Frederic Marcoux
Sa présumée victime souffre toujours
Sébastien Patient. (Photo : Archives, Ghyslain Bergeron)

JUSTICE. Sébastien Patient, accusé d’être le responsable d’une violente agression survenue le 20 juin dernier au Pub Heriot, est revenu au Palais de justice de Drummondville pour la tenue de son enquête préliminaire. Son dossier progresse, mais la santé physique et psychologique de sa présumée victime est loin d’avancer au même rythme.

Gilles Ricard, le père de la présumée victime Sébastien Ricard, était un spectateur attentif, mardi, au Palais de justice de Drummondville. Il a accepté de parler de l’état de santé de son fils, plus de 10 mois après l’événement.

«Sébastien (Ricard) est encore très faible. Il ressent beaucoup de douleurs et il a encore de la difficulté à se nourrir. Il lui manque des dents d’un côté de sa mâchoire. Il va pouvoir ravoir des dents un jour, mais l’os doit redevenir correct pour implanter des dents. Mon fils n’est pas près de manger un steak demain matin, il doit encore manger mou», a expliqué Gilles Ricard en entrevue avec L’Express.

M. Ricard a fait le trajet qui sépare Nicolet de Drummondville pour assister à l’enquête préliminaire. Une ordonnance de non-publication concernant les éléments de preuve soulevés en cour a toutefois été prononcée par la juge Marie-Josée Ménard de la Cour du Québec. Pour Gilles Ricard, il était important d’être présent. Son fils, quant à lui, veut simplement tourner la page. Sébastien Ricard ne se souvient plus du fil des événements puisqu’il est «tombé dans les pommes après le premier coup qu’il a reçu», a informé son père.

«Mentalement, il ne pourra jamais revenir comme avant, a-t-il ajouté. Physiquement, les gens peuvent le regarder et se dire que ce n’est pas si mal. Mais ça le fâche, car il a beaucoup de souffrance à l’intérieur de lui. C’est difficile de prendre le dessus. Il ne marche presque plus. Il se fatigue vite, puisqu’il a subi une commotion cérébrale.»

Après la soirée du 20 juin 2018, Sébastien Ricard a passé six jours dans le coma à l’hôpital. Une chirurgie d’une durée de sept heures et 30 minutes a été requise pour lui refaire le visage. Lorsqu’il l’a vu peu avant l’intervention chirurgicale, Gilles Ricard n’a pas caché que son fils était méconnaissable. Il a seulement reconnu les cheveux frisés de son enfant.

«Il a été opéré une autre fois après ça, en raison d’une infection qui l’a aussi forcée à prendre des antibiotiques toutes les 24 heures, a-t-il fait savoir. Il a arrêté au mois de février d’en prendre. Son infection a duré de septembre à février. Il va finir par retrouver une vie normale, mais ça va prendre encore du temps.»

Pour la suite des choses, Gilles Ricard espère seulement que son fils âgé de 43 ans sera en mesure de recouvrer la santé bientôt. Le septuagénaire a confiance que justice sera faite dans ce dossier.

Tentative de meurtre

À la fin de l’enquête préliminaire, Sébastien Patient a été cité à procès pour huit différents chefs d’accusation. L’homme qui fêtera son 30e anniversaire de naissance le 7 mai prochain est notamment accusé de tentative de meurtre, de voies de fait et de voies de fait grave à l’endroit de Sébastien Ricard. Patient est aussi accusé d’avoir proféré des menaces de mort et de voies de fait à l’endroit d’une dame et d’agents de la paix qui agissaient dans le cadre de leurs fonctions. L’accusé reviendra au Palais de justice de Drummondville, le 31 mai prochain, pour une prise de position. La magistrate a insisté pour que Patient soit présent à toutes les étapes du processus judiciaire, puisqu’il y avait eu de la confusion dans son dossier. Son avocate, Me Noémi Tellier, avait signalé que Patient plaiderait coupable, en octobre dernier, avant de changer de cap quelques jours plus tard.

 

Partager cet article