Les Voltigeurs refusent de s’avouer vaincus

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Les Voltigeurs refusent de s’avouer vaincus
Les Voltigeurs ont évité l’élimination en renversant les Mooseheads 6-2, vendredi soir, au Centre Marcel-Dionne.

HOCKEY. C’est dans les grands moments qu’on reconnaît les grands joueurs… et les grandes équipes. Menacés d’être éliminés par les Mooseheads, les Voltigeurs ont répondu avec panache dans une victoire de 6-2, vendredi soir, devant 3274 spectateurs assis sur le bout de leur siège au Centre Marcel-Dionne.

En s’imposant, les Drummondvillois ont provoqué la tenue d’un sixième match qui aura lieu dimanche, dès 13 h, à Halifax. Les Mooseheads mènent toujours cette demi-finale 3-2.

Cherchant à rebondir après avoir encaissé trois revers consécutifs, les protégés de Steve Hartley ont entamé le match avec le couteau entre les dents, s’emparant d’une avance de 2-0 au premier vingt. Tenaces, les hôtes du prochain tournoi de la coupe Memorial sont parvenus à créer l’égalité 2-2 en fin de deuxième période, mais au lieu de se laisser abattre, les Rouges sont revenus en force avec quatre buts sans riposte au dernier engagement.

Les Voltigeurs ont enfilé quatre buts sans riposte au dernier vingt. (Photo : Ghyslain Bergeron)

«On avait le dos au mur, mais on s’est servi du mur pour se donner une poussée. On a joué du hockey inspiré de la première à la dernière minute. J’ai trouvé qu’on a bien réagi comparativement aux trois derniers matchs, où on attendait qu’il se passe quelque chose de positif ou négatif. Ce soir, on a pris les choses en charge», a lancé Steve Hartley, en saluant le caractère et la discipline de ses joueurs.

«En troisième, c’était une opportunité qui était devant nous. On avait 20 minutes pour gagner. On a été excellents pour gérer nos émotions. Et en fin de match, notre désavantage numérique n’a pas flanché», a-t-il ajouté.

Discret depuis le début de la série, Joseph Veleno a réussi le filet vainqueur en fonçant à vive allure dans l’enclave avant de battre Alexis Gravel avec neuf minutes à écouler au cadran en troisième période. Un gros but qui a semblé enlever une tonne de pressions sur les épaules de l’attaquant étoile de 18 ans et de ses coéquipiers, qui ont ensuite mis le match hors de portée des visiteurs.

«C’était une question de temps, a affirmé Hartley. Ce matin, je me suis assis avec Joe. Je sentais que ça allait débloquer pour lui. La discussion a été très courte. Je lui ai dit que ce soir, il allait avoir un impact sur le match et qu’il allait faire la différence. C’est ce qu’il a fait.»

Morrone, l’homme de confiance

Anthony Morrone. (Photo : Ghyslain Bergeron)

De retour devant le filet après avoir cédé sa place à Olivier Rodrigue à Halifax, Anthony Morrone a été solide. Auteur de 23 arrêts, dont un important devant Samuel Asselin quelques instants avant le but de Veleno, le gardien de 19 ans a mérité une dixième victoire depuis le début des séries. «Notre saison reposait sur un match. Morrone méritait d’être devant le filet, a expliqué Hartley. J’adore Rodrigue, mais il n’a joué qu’un seul match complet en six semaines.»

En fin de partie, Hartley a choisi d’envoyer Rodrigue dans la mêlée alors que le pointage était de 5-2 et que les esprits semblaient s’échauffer. Sans nommer son vis-à-vis, le pilote des Voltigeurs a expliqué qu’il voulait protéger Morrone d’une blessure. «Ça fait longtemps que je suis cette ligue. J’ai vu ce qui s’est passé entre Baie-Comeau et Halifax en 2013. Même chose entre Shawinigan et Gatineau. On voulait éviter que ça arrive.»

Les Voltigeurs devront maintenant trouver le moyen de gagner au Centre Banque Scotia. À leurs cinq dernières parties sur la route en séries, les Drummondvillois ont subi quatre défaites. «On a été bons ce soir, mais on va être meilleurs dimanche», a promis Hartley, en rappelant que son équipe a gagné un match à Halifax en saison régulière.

Veilleux et les arbitres

Dans le camp adverse, Éric Veilleux a parlé d’un match en trois temps. «Ils ont donné un gros effort en première période. Après notre premier jeu de puissance, le momentum a changé de bord en deuxième. On a pris des lancers et on a marqué deux gros buts. En troisième, ils ont marqué sur des erreurs facilement évitables de notre part.»

Éric Veilleux. (Photo : Ghyslain Bergeron)

«Gagne ou perd, en avant ou en arrière dans la série, rien ne change pour nous. On y va un match à la fois. C’est cliché, mais c’est comme ça que je coache», a ajouté le pilote des Mooseheads, qui n’a pas caché son mécontentement lorsqu’Arnaud Durandeau a été puni pour avoir retardé le match en troisième période alors que la rondelle semblait avoir dévié sur un joueur des Voltigeurs.

Questionné au sujet du travail des arbitres, Veilleux a fait référence à une vidéo où on le voit lancer les bâtons de ses joueurs sur la patinoire en réaction à une décision d’un officiel, à l’époque où il dirigeait le Drakkar.

Échos de vestiaire

Anthony Morrone : «J’étais excité de revenir devant le filet, spécialement à la maison. Je n’étais pas content de mon match à Halifax. Je voulais rebondir. Quand je joue bien, j’essaie de transporter ça au match suivant. J’essaie de rester confiant devant mon filet pour donner confiance à mes coéquipiers.»

Morrone, au sujet de la performance de son équipe : «Dans cette série, on avait tendance à s’écraser. Ce soir, même à 2-2, on a continué à être patient. On est revenu fort en troisième. Maintenant, on doit continuer de jouer à notre façon. Si on fait ça, je ne suis pas stressé qu’on va obtenir le résultat qu’on veut.»

Joseph Veleno, au sujet de son but : «On avait beaucoup de momentum en début de troisième période. Je me suis retrouvé à la bonne place au bon moment. J’ai reçu une belle passe de MacLeod, j’ai vu l’espace devant moi et j’ai pris le tir.»

Joseph Veleno a célébré son but sous les yeux de Gregory Kreutzer. (Photo : Ghyslain Bergeron)

Veleno, au sujet de son jeu : «J’étais un peu frustré en début de série. J’étais déçu de mes deux matchs à Halifax, mais j’ai parlé avec Steve et j’ai rebondi ce soir. Tout le monde était sur la même page. On doit continuer à garder notre jeu simple. On doit jouer agressivement tout en faisant preuve de discipline.»

Pierre-Olivier Joseph : «C’était un match sans lendemain. On voulait gagner, mais pour y arriver, on devait apporter notre meilleur hockey. C’est ce qu’on a fait. On a élevé notre jeu d’un cran. Plus le match avançait, plus on s’améliorait. On a beaucoup de vétérans dans cette équipe. Ça nous aide à garder confiance, peu importe la situation. On doit continuer d’y aller un match à la fois.»

Joseph, au sujet de Morrone : «On est super confiant, peu importe qui est devant le filet. Ce sont deux bons gardiens. Ils ont toujours un sourire dans la face, peu importe qui se retrouve devant le filet.»

Bloc-notes…

Louis Morissette a apposé l’autocollant de la 10e victoire des Voltigeurs en séries. (Photo : Ghyslain Bergeron)

Les Voltigeurs ont dirigé 42 tirs vers le filet d’Alexis Gravel… Pavel Koltygin a ouvert les hostilités dès la 13e minute de jeu en marquant à l’aide d’une habile feinte. En fin d’engagement, Cédric Desruisseaux a doublé l’avance des siens avec un tir sur réception pendant un avantage numérique… Au deuxième vingt, Arnaud Durandeau a d’abord complété une belle passe de Benoit-Olivier Groulx depuis l’arrière du filet, puis Maxim Trépanier s’est emparé d’un retour de lancer de la pointe… En troisième période, Nicolas Guay a vu un but lui être refusé parce qu’il a dirigé la rondelle avec sa main vers le gardien… Peu après avoir vu Veleno briser l’égalité, Pierre-Olivier Joseph a doublé l’avance des siens avec un tir de la pointe en avantage numérique… Maxime Comtois (dans un filet désert) et Rémy Anglehart (en avantage numérique) ont complété le pointage dans les derniers instants du match… Rétabli d’un virus qui lui a fait rater deux matchs, Anglehart était de retour dans la formation des Voltigeurs… Le défenseur drummondvillois Charles-David Beaudoin, du Moose du Manitoba, était présent au Centre Marcel-Dionne pour encourager son ancienne équipe…

Partager cet article