Voltigeurs 1, Mooseheads 2 : «Jouer avec urgence»

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Voltigeurs 1, Mooseheads 2 : «Jouer avec urgence»
Olivier Rodrigue a été lancé dans la mêlée pour la première fois en sept semaines, mardi soir, à Halifax. (Photo : gracieuseté David Chan/Mooseheads de Halifax)

HOCKEY. Pour la première fois depuis le début des séries éliminatoires, la pression repose sur les Voltigeurs. Vaincus 2-1 par les Mooseheads, mardi soir, devant 7328 spectateurs au Centre Banque Scotia de Halifax, les Drummondvillois tirent désormais de l’arrière 2-1 dans cette demi-finale quatre-de-sept.

Victimes de deux buts rapides en milieu de première période, les troupiers de Steve Hartley ont semblé ébranlés pendant de longs moments au deuxième tiers, sortant finalement de leur torpeur au dernier vingt. En fin de rencontre, Maxime Comtois a redonné espoir aux siens, qui avaient envoyé un sixième patineur dans la mêlée. En vain.

«On n’a pas connu le départ qu’on voulait, a admis Steve Hartley. On a manqué des chances de marquer tôt dans le match. Dès que nos adversaires ont marqué leur premier but, on est tombé à plat. J’ai trouvé qu’on n’avait pas notre meilleure énergie. En troisième période, on a semblé faire une poussée pour revenir de l’arrière, mais on a manqué de temps.»

Déjoué deux fois sur huit lancers en début de match, le gardien Anthony Morrone a aussitôt été remplacé par Olivier Rodrigue. À sa première sortie en sept semaines, ce dernier a repoussé les 20 tirs dirigés vers lui par la suite. En deuxième période, l’espoir des Oilers d’Edmonton a notamment frustré Raphaël Lavoie et Maxim Trépanier sur des échappées.

«On recherchait une étincelle pour changer le momentum de côté, a expliqué Hartley. On trouvait que c’était le bon moment pour lancer Rodrigue dans la mêlée. Il a été excellent, comme on s’y attendait. Il nous a donné une chance de rester dans le match. Si on était à un but de créer l’égalité en fin de match, c’est grâce à lui.»

Le jeu de puissance muselé

En panne sèche, le jeu de puissance des Voltigeurs a été blanchi en quatre occasions dans ce match. Depuis le début de cette série, l’attaque massive drummondvilloise ne revendique aucun but en dix tentatives.

Les Voltigeurs ont subi un troisième revers en cinq parties sur la route depuis le début des séries. (Photo gracieuseté David Chan/Mooseheads de Halifax)

«C’est une équipe qui joue de façon extrêmement serrée en désavantage numérique. Ce soir, notre jeu de puissance a mis plus de rondelles au filet, surtout en troisième période. Mais en séries, le jeu parfait n’existe pas. Quand on se retrouve en avantage numérique, il faut jouer avec un plus grand sentiment d’urgence. Il faut avoir faim. On doit mettre du trafic devant le gardien, diriger des rondelles vers le filet et converger dans l’enclave», a fait valoir Steve Hartley.

Devant le filet des Mooseheads, Alexis Gravel a effectué 34 arrêts. Le gardien de 18 ans a hérité de la première étoile de la soirée.

«Durant les deux premières périodes, on a joué trop en périphérie. On ne s’est pas servi de notre rapidité. En troisième, on a mieux attaqué, mais de façon générale, on a rendu la tâche facile à leur gardien», s’est dit d’avis Hartley.

Parmi les vétérans des Voltigeurs qui en arrachent dans cette série, Joseph Veleno vient en tête de liste. En trois matchs, le talentueux attaquant de 18 ans a été tenu à l’écart de la feuille de pointage, lui qui a totalisé 104 points en 59 parties en saison régulière. Ses compagnons au sein du premier trio, Gregor MacLeod et Brandon Skubel, sont également à la recherche d’un premier point face aux Mooseheads. Le quart arrière Nicolas Beaudin a quant à lui été muselé à ses six dernières rencontres.

«En séries, tout le monde doit en faire plus. Ce n’est pas la faute d’un seul joueur. C’est une affaire d’équipe. Dès le prochain match, on doit tous jouer avec un sentiment d’urgence. J’ai confiance que nos meneurs vont se lever. Il y a beaucoup de caractère dans cette chambre», a lancé Steve Hartley.

Le quatrième duel sera présenté dès mercredi soir, à compter de 18 heures, à Halifax. En cinq matchs sur les patinoires adverses depuis le début des séries, les Voltigeurs ont été limités à deux victoires. Devant leurs partisans, les Rouges n’ont subi qu’une défaite en huit sorties.

«En tant qu’équipe, on sait qu’on peut jouer beaucoup mieux que ce soir. La bonne nouvelle, c’est qu’on a perdu seulement 2-1. On est capable d’être bien meilleur demain. J’ai confiance que nos vétérans vont se lever pour créer l’égalité 2-2 dans cette série», a conclu Steve Hartley, qui n’a pas voulu confirmer le retour d’Olivier Rodrigue devant le filet pour ce duel déterminant.

Bloc-notes…

Lors de l’engagement initial, les attaquants de 20 ans Samuel Asselin et Keith Getson ont touché la cible sur des retours de lancer en l’espace de trois minutes et 20 secondes… Le défenseur de 20 ans Jake Ryczek a obtenu une mention d’aide sur chacun de ces buts… Remis d’une mononucléose, l’attaquant de 18 ans Benoît-Olivier Groulx a disputé un premier match depuis le début des séries… Malade, le vétéran de 19 ans Rémy Anglehart n’était pas en uniforme dans le camp des Voltigeurs… La recrue de 17 ans Charles-Édouard Drouin a pris sa place au centre du quatrième trio… C’est la première fois depuis la mi-novembre que les Drummondvillois encaissent deux revers consécutifs…

Partager cet article