Un projet de planchodrome intérieur à Drummondville

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Un projet de planchodrome intérieur à Drummondville
Le planchodrome intérieur s’installerait dans un bâtiment vacant à Drummondville. (Photo : Unsplash)

PROJET. Les amateurs de planche à roulettes, de patins à roues alignées, de trottinette et de BMX de la région pourraient bientôt avoir accès à un endroit spécialisé pour pratiquer leur sport à longueur d’année. Alex Boivin rêve de mettre sur pied un planchodrome («skatepark») intérieur à Drummondville.

Ayant développé un fort intérêt pour les sports de planche durant sa jeunesse, Alex Boivin a réalisé que peu d’endroits existent pour pratiquer ce sport en dehors des grands centres comme Montréal et Québec, ce qui est encore plus vrai depuis la fermeture du Central Parc à Wickham. Depuis quelques années, le jeune entrepreneur caresse l’idée d’ouvrir un planchodrome à Drummondville, et il travaille maintenant activement à développer ce projet.

«Le skateboard, le BMX et la trottinette sont de plus en plus populaires, mais il n’y a que peu d’endroits adaptés pour pratiquer ces sports à tout moment de l’année. Une grande surface dédiée aux sports de planche comblerait un grand besoin dans la communauté. Cet environnement amusant et sécuritaire contribuerait à réduire le nombre de blessures et deviendrait une référence pour les jeunes de la région», explique le Drummondvillois originaire de Princeville.

C’est en visitant l’ancienne usine Denim Swift, il y a quelques années, qu’Alex Boivin a eu cette idée. «Instantanément en entrant dans la grande surface complètement vide, mon cœur de sportif s’est imaginé changer cet endroit en grand parc. À ce moment, je me voyais seulement comme un adolescent avec un rêve utopique, raconte-t-il. Les années ont passé et je suis passé de menuisier à estimateur en construction, ce qui m’a introduit au monde de l’administration. Ce sont mes patrons entrepreneurs qui m’ont donné le courage et la confiance nécessaires pour tenter ma chance avec ce projet.»

Pour le moment, le projet d’Alex Boivin n’est qu’embryonnaire, mais l’ouverture est prévue pour l’été 2020, ce qui coïncide avec l’arrivée de la planche à roulettes aux Jeux olympiques d’été. Le planchodrome s’installerait dans un immeuble vacant à Drummondville. «Je porte attention aux grands bâtiments vides, mais qui sont accessibles pour la clientèle cible. La superficie envisagée est entre 10 000 et 100 000 pieds carrés, selon la demande que nous réussirons à prouver. Nous souhaitons offrir aux sportifs un parcours qui se démarque par des modules créatifs et variés. Nous étudions aussi la possibilité d’installer un bac à mousse presque unique au Canada.»

Dernièrement, Alex Boivin a rencontré divers intervenants du milieu, dont les responsables de la Société de développement économique de Drummondville. Il a aussi contacté des gestionnaires de planchodromes afin de recueillir leurs conseils.

«Le projet ne reçoit que de bons commentaires. Je suis maintenant rendu à réaliser une étude de marché pour connaître le pouls de la population. Pour ce faire, nous avons lancé un court sondage électronique. Plus nous aurons de répondants et plus il sera facile d’obtenir différentes sources d’aides pour concrétiser ce projet», a-t-il expliqué, en invitant le public à répondre à ce questionnaire à l’adresse fr.surveymonkey.com/r/QMZFNF2.

Se disant très motivé et prêt à mettre tous les efforts nécessaires pour que ce projet voie le jour, Alex Boivin entreprendra bientôt des recherches afin de dénicher des partenaires et du financement. «Nous travaillons à trouver des solutions innovatrices pour réduire les coûts. Nous prévoyons réaliser une campagne de sociofinancement qui battra un record ou qui fera un buzz dans l’actualité par son originalité. Le but n’est pas de faire fortune, mais bien d’offrir aux sportifs de la région un endroit spécialisé dirigé par des passionnés. Nous souhaitons d’ailleurs réinvestir tous les profits dans le skatepark.»

Partager cet article