Le «trip de famille» de Guillaume Lemay-Thivierge

Photo de Erika Aubin
Par Erika Aubin
Le «trip de famille» de Guillaume Lemay-Thivierge
Guillaume Lemay-Thivierge incarne le personnage de Michel dans la pièce Fais-toi une belle vie. (Photo : Erika Aubin)

SPECTACLE. Guillaume Lemay-Thivierge foulera les planches de la Maison des arts Desjardins, le 5 avril prochain, pour présenter, aux côtés de sa conjointe et de sa fille, la pièce de théâtre Fais-toi une belle vie. Étant lui-même le producteur de ce spectacle, il s’agit pour lui d’un «trip de famille».

Fais-toi une belle vie, c’est l’histoire de Michel (Guillaume Lemay-Thivierge) qui se retrouve face à un burn-out inévitable. Son amoureuse (Émily Begin) et deux de ses amis (Sandrine Bisson et François Chénier) décident d’acheter un chalet pour lui remonter le moral. «Le vrai problème de Michel, c’est son entourage. Ce sont des gens toxiques. Il pense que c’est son travail de policier qui le pèse, mais chaque jour qu’il passe au chalet, son humeur dépérit à vue d’œil», a expliqué M. Lemay-Thivierge lors d’une entrevue avec L’Express.

L’histoire est racontée grâce au personnage de Janie Sucre (Charlie Lemay-Thivierge), une adolescente de 15 ans qui a espionné tout l’été les quatre amis dans leur nouveau chalet. Selon Guillaume-Lemay-Thivierge, sa progéniture tient un rôle très «ingrat» puisqu’elle s’adresse directement au public en brisant le 4e mur du théâtre.

Mais au-delà du synopsis humoristique, ce qui rend la pièce si spéciale aux yeux de ce dernier, ce sont les acteurs qui la jouent.

«Parfois mes deux jeunes garçons viennent nous voir jouer. Alors, ils sont là à nous regarder des coulisses. Puis, sur la scène, je suis accompagné de ma fille Charlie. Le père que je suis est très fier. J’ai également à mes côtés ma conjointe Émily et mon meilleur ami, François Chénier, qui a écrit le scénario», a fait savoir le producteur, sourire aux lèvres.

La quête du bonheur

Si un des thèmes principaux de la pièce est la dépression, M. Lemay-Thivierge assure que l’humour sera au rendez-vous pour les spectateurs. «On utilise un sujet pas vraiment drôle, mais on va en rire. On rit surtout des techniques que les trois personnages utilisent en pensant aider Mike à se guérir de sa dépression. Quand quelqu’un ne va pas bien, on pense toujours qu’on a la solution alors que c’est faux», a-t-il mentionné.

«La pièce finit très mal, mais le public aura la chance de voir tout le potentiel du bonheur qui peut arriver dans la vie de mon personnage. Puis, au moment où la chicane est à son apogée, c’est à ce moment que les rires sont les plus forts», a ajouté Guillaume Lemay-Thivierge.

Selon lui, jouer sur une scène représente un tout nouveau défi. «Au théâtre, il n’y a pas de filet, qui est le coupage et le montage, comme au cinéma. La réaction du public est instantanée et ça te permet de travailler ton jeu après chaque représentation. On s’améliore toujours, mais si tu prononces mal une ligne, les gens dans la salle vont s’en rendre compte immédiatement», a-t-il laissé entendre.

L’homme d’affaires derrière Guillaume Lemay-Thivierge

Par ailleurs, la veille de son spectacle à Drummondville, soit le 4 avril, Guillaume Lemay-Thivierge offrira une présentation de sa conférence «Maintenir sa force physique et mentale».

«J’ai ouvert mon école de parachute au même moment où ma carrière d’acteur décollait. Puis, je me suis lancé dans une autre business et cette partie ne s’est pas bien passée. C’est ce que je raconte dans ma conférence. J’avais envie de parler de cet échec — mon côté homme d’affaires qui s’est trompé — pour m’en libérer. C’est très drôle de rire de quelqu’un qui assume son erreur», a admis avec humilité Guillaume Lemay-Thivierge.

Partager cet article