Une première station de lave-glace à Drummondville

Une première station de lave-glace à Drummondville
Stéphan Blanchette a décidé d’investir dans la Station lave-glace. (Photo : Ghyslain Bergeron)

ENVIRONNEMENT. Depuis septembre 2017, la station-service Esso située à l’intersection de la rue Saint-Pierre et du boulevard Saint-Joseph offre une station de lave-glace afin de limiter la consommation abusive de bidons de plastique. Unique à Drummondville, le service a nécessité un investissement de près de 10 000 $ de la part du propriétaire Stéphan Blanchette. 

C’est à la suite du commentaire d’un client que M. Blanchette a décidé d’investir dans le projet. «Un monsieur s’était insurgé que je n’aie pas de bâton pour empiler les bidons vides de lave-glace. Quelques mois auparavant, Pierre Néron de Cristal innovation m’a contacté pour me parler de sa «Station lave-glace». Ça m’a sonné une cloche et je me suis lancé dans l’aventure», a expliqué Stéphan Blanchette, propriétaire.

Le principe est très simple. Tout comme une pompe à essence, le consommateur place le pistolet dans l’embouchure du réservoir de lave-glace et appuie sur la poignée afin de déverser la quantité désirée.

«Tout se fait à la pompe. Le paiement est automatisé par les moyens technologiques que l’on connaît. Ce sont des machines qui sont certifiées, car on vend le produit au millilitre. Ça arrive par camion en grande quantité», a tenu à préciser M. Blanchette.

Si le service a mis quelque temps à être connu, les récentes variations de la météo ont propulsé les ventes de lave-glace.

«L’été, les ventes sont anémiques et ça se comprend. Depuis quelques mois, ça ne cesse de progresser. Il y a plusieurs médias qui en parlent et ça aide. Ce dont je suis le plus surpris, c’est la moyenne de litres achetés par transaction», a ajouté M. Blanchette.

De plus, à la recherche d’un moyen pour limiter le nombre de bidons jetés à la poubelle, Stéphan Blanchette a ajouté une cage en métal pour que les clients puissent y déposer les bidons vides. Une initiative personnelle.

La cage de métal permet aux gens de déposer ou de prendre un bidon de lave-glace vide.

«Cela fait en sorte que les clients remplissent deux ou trois bidons pour pouvoir en laisser dans leur véhicule. Non seulement ils réutilisent les contenants, mais ils peuvent en récupérer, sans frais, dans la cage située tout près de la station de lave-glace. Il n’est pas rare de voir une personne faire le remplissage de plusieurs bidons», a-t-il ajouté.

La «Station lave-glace», d’inspiration européenne, mais de conception 100 % québécoise, est en constante évolution et ne cesse de trouver sa place au sein des pétrolières.

Partager cet article