Comtois fébrile : «Comme revenir à la maison»

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Comtois fébrile : «Comme revenir à la maison»
Maxime Comtois sera honoré par les Tigres lors du passage des Voltigeurs au Colisée Desjardins, vendredi soir. (Photo : Ghyslain Bergeron)

HOCKEY. Maxime Comtois ne cache pas sa fébrilité lorsqu’on lui parle du match de vendredi soir. L’attaquant étoile des Voltigeurs effectuera son dernier tour de piste à Victoriaville en saison régulière, là où il a passé la majeure partie de sa carrière dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

La dernière fois que Comtois a disputé un match au Colisée Desjardins, c’était il y a près d’un an. Les Tigres avaient alors encaissé un revers de 4-3 face au Titan d’Acadie-Bathurst, étant ainsi balayés en quatre parties en demi-finale du circuit.

Depuis cette élimination, bien de l’eau a coulé sous les ponts dans la vie de Comtois. Échangé aux Voltigeurs, l’attaquant de 19 ans a percé l’alignement des Ducks d’Anaheim à la surprise générale, amorçant ainsi la campagne dans la Ligue nationale. Après un court séjour dans la Ligue américaine, le grand voyageur a été cédé aux Voltigeurs avant d’agir comme capitaine d’Équipe Canada au championnat mondial junior disputé à Vancouver. À la suite d’un autre détour par la Californie pour y soigner une blessure, le jeune homme est de retour au Centre-du-Québec depuis quelques semaines, où il s’est donné pour mission de compléter son stage junior sur une note gagnante.

Avant l’affrontement de vendredi soir, les Tigres rendront hommage à Comtois ainsi qu’à leur ex-capitaine Félix Lauzon. Les deux complices auront vécu les deux côtés de la fameuse guerre de la route 122.

«Ce sera assurément un match spécial, a lancé Comtois avec un large sourire. Je ne sais pas trop ce qui m’attend. Ça fait longtemps que je ne suis pas allé au Colisée. J’ai hâte de revoir tout le monde que je connais. Ce sera un peu comme revenir à la maison. J’ai grandi là-bas pendant les trois premières années de ma carrière junior.»

«Les matchs entre Victo et Drummond sont toujours très intenses, a ajouté le choix de première ronde (troisième rang au total) des Félins en 2015. Les Tigres étaient toujours durs à jouer contre à domicile quand j’étais là-bas et c’est encore la même chose aujourd’hui. Présentement, ils compétitionnent pour commencer la première ronde des séries à la maison. C’est tout à leur honneur.»

Limité à un point lors du récent voyage dans les Maritimes, Comtois a rebondi avec un tour du chapeau et une passe face au Phoenix de Sherbrooke, mercredi soir, au Centre Marcel-Dionne. Proclamé première étoile de la rencontre, l’ailier de 6 pieds, 2 pouces et 211 livres a lancé des fleurs à ses coéquipiers, notamment ses compagnons de trio Xavier Simoneau et Nicolas Guay.

«C’est toujours plaisant de marquer des buts. C’est important pour la confiance. Notre ligne travaille fort et obtient beaucoup de chances présentement. Ce soir, c’est moi qui ai mis la rondelle dans le filet, mais c’est un joueur différent qui peut faire ce travail chaque match. Dans notre équipe, il y a plusieurs gars qui sont capables de la mettre dedans», a-t-il fait valoir.

«L’une des forces de notre équipe, c’est la chimie qui règne entre nous. On se tient beaucoup les uns et les autres. C’est pourquoi ç’a été si facile pour moi de m’intégrer à ce groupe», a conclu le numéro 44 des Rouges, qui revendique désormais 12 buts et 20 points en 13 parties dans son nouvel uniforme.

Partager cet article