Skijoring : un apprentissage à la dure pour Francis Gélinas

Photo de Mathieu Fontaine
Par Mathieu Fontaine
Skijoring : un apprentissage à la dure pour Francis Gélinas
Francis Gélinas et son chien Canuck ont vécu une expérience inoubliable lors du championnat du monde de skijoring. (Photo : gracieuseté)

SKIJORING. C’est la semaine dernière, à Bessans, en France, que Francis Gélinas a participé à son premier championnat du monde de skijoring. Malgré quelques accrocs, le Drummondvillois revient au Québec avec un bagage d’expérience bien rempli.

Après avoir été retardé en raison de l’annulation de son vol, Francis Gélinas est arrivé en France un jour plus tard que prévu, ce qui ne l’a  pas empêché de prendre part à ses deux compétitions prévues mercredi et jeudi derniers.

Ainsi, Gélinas et son chien Canuck ont tout d’abord participé à la course de pulka, une épreuve qui s’est vue perturbée par une tempête hivernale. «Les organisateurs avaient damé la piste mardi soir, mais il y a eu une bonne accumulation de neige dans la nuit. Quand nous sommes arrivés au départ, toutes les traces étaient effacées et nous avons dû être vigilants tout au long de la course», a expliqué Francis Gélinas lors de son entrevue téléphonique avec L’Express.

Ce faisant, plusieurs bénévoles étaient présents afin d’aider les participants à se diriger tout au long du parcours. Toutefois, cette aide n’a pas été bénéfique pour Gélinas et son acolyte. «Quand nous sommes arrivés à une intersection, mon chien a hésité devant le bénévole et c’est à ce moment que ma pulka a chaviré. J’ai eu beaucoup de difficulté à remettre le tout en place et ça m’a coûté ma course», raconte celui qui a finalement terminé 19e lors de cette épreuve.

Dès le lendemain, les deux comparses étaient de retour sur la piste pour y disputer le 15 km de skijoring. Après un bon départ, la fatigue a rattrapé Canuck, qui a été obligé de ralentir dès la mi-course. «Nous sommes bien partis, mais autour du huitième kilomètre, mon chien a ralenti sa cadence. Ensuite, vers la fin, il y avait quelques montées et il a eu de la difficulté à terminer l’épreuve. Il était vraiment brûlé!», a confié Gélinas.

Malgré tout, le tandem a été en mesure de terminer au 30e rang lors de cette épreuve qui comptait un total de 42 duos.

Ce n’est que partie remise

Francis Gélinas ne s’en cache pas : il est somme toute assez déçu de ses performances et avoue que les conditions n’étaient pas exactement ce à quoi il s’attendait. «Mon chien n’était pas entraîné pour des conditions aussi difficiles. Il y avait quelques pouces de neige plus molle et c’était vraiment plus ardu pour lui. En plus, deux courses en deux jours, c’était beaucoup. Si c’était à recommencer, je ferais les choses différemment», a-t-il confié.

Toutefois, avec un peu de recul, le Drummondvillois voit le tout d’un bon œil et croit que cette expérience lui sera bénéfique à long terme. «En réalité, je suis déçu parce que j’aurais pu mieux nous préparer et nous aurions pu éviter ces situations. Par contre, j’ai beaucoup appris pendant ma semaine et je sais exactement quoi faire pour revenir plus fort», a conclu Gélinas qui fera tout en son possible pour retourner au championnat du monde qui devrait être disputé au Canada, en 2021.

En attendant, le duo sera de retour en action dans les prochaines semaines, alors qu’il disputera quatre courses ici même, au Québec.

 

 

 

 

Partager cet article