Hartley : «On s’est compliqué la vie»

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Hartley : «On s’est compliqué la vie»
Les Voltigeurs ont eu chaud face au modeste Titan, samedi soir, à Bathurst. (Photo : archives, Ghyslain Bergeron)

HOCKEY. Les Voltigeurs ont-ils pris le Titan à la légère? Toujours est-il que la formation drummondvilloise a drôlement eu chaud face aux derniers de classe dans la LHJMQ, samedi soir, à Bathurst.

Clôturant un voyage de trois matchs en quatre jours dans les provinces atlantiques, les protégés de Steve Hartley ont dû trimer dur pour combler un déficit de 3-1 et arracher une victoire de 4-3 en prolongation aux champions en titre de la coupe du Président et de la coupe Memorial. Après avoir égalé la marque durant un avantage numérique au début du troisième engagement, Joseph Veleno a tranché le débat à 2 min 43 s de la période supplémentaire.

«Ce soir, on s’est compliqué la vie, surtout durant les deux premières périodes, a lancé Steve Hartley en entrevue téléphonique. On a rendu les choses intéressantes parce qu’on a mis nos énergies aux mauvais endroits. En offensive, on forçait les jeux, on se tenait à l’extérieur de l’enclave et on ne mettait pas assez de trafic au filet. En revenant dans notre zone, j’ai trouvé qu’on a parfois manqué d’ardeur au travail.»

«On a ouvert la porte au Titan pendant les 40 premières minutes, mais ce que j’ai aimé, c’est de la manière qu’on a rebondi en troisième période, a poursuivi le pilote des Rouges. On a pris le contrôle de la situation et on a trouvé une façon de gagner ce match. On les a limités à seulement deux lancers. En attaque, on a été menaçant et on a bourdonné autour de leur filet. On a eu la chance de régler ça avant la prolongation, mais Grametbauer a fait d’excellents arrêts. Et juste avant qu’on marque, il a peut-être réussi l’arrêt de l’année devant Dawson Mercer.»

Joseph Veleno. (Photo d’archives, Ghyslain Bergeron)

Après avoir pointé du doigt l’indiscipline de ses joueurs la veille, à Charlottetown, Hartley a vu son équipe n’offrir que deux jeux de puissance aux locaux. «On a parlé à nos joueurs de l’importance de prêcher par discipline. On ne peut pas se permettre d’attraper autant de punitions. À cinq contre cinq, on est durs à jouer contre, mais il faut éviter de donner la chance à nos adversaires de nous battre en avantage numérique», a insisté Hartley, qui avait vu son équipe avoir facilement raison du Titan par le pointage de 6-0, le mois dernier, au Centre Marcel-Dionne.

Le pilote des Voltigeurs estime-t-il que ses joueurs ont pris la troupe de l’entraîneur-chef Mario Durocher à la légère? «Je ne sais pas. Parfois, c’est dans la nature humaine. Ce sont des choses qui arrivent dans une longue saison. On a pu le voir l’autre soir lors du match des Huskies à Boisbriand.»

«Ce n’est pas une excuse, mais on terminait un long voyage en autobus, a-t-il ajouté. On avait dépensé beaucoup d’énergies dans nos deux premiers matchs. Je suis quand même satisfait de la tournure des choses.»

Au bout du compte, Hartley a dressé un bilan positif de ce voyage parfait dans les Maritimes qui aura été marqué par trois victoires serrées, dont deux en bris d’égalité.

«On a fait de bonnes choses, surtout dans les deux premiers matchs. On a coupé beaucoup de temps et d’espace à nos adversaires en zone neutre. Aujourd’hui, on a fait la même chose, mais seulement en troisième période», a expliqué Hartley, dont l’équipe sera demeurée invaincue en six sorties dans les provinces atlantiques cette saison.

Devant la cage du Titan, le vétéran Mark Grametbauer a repoussé 35 des 39 rondelles dirigées vers lui. Pendant qu’Olivier Rodrigue profitait d’une soirée de congé, Anthony Morrone n’a fait face qu’à 15 lancers. «C’est toujours difficile pour un gardien de recevoir aussi peu de lancers. Morrone n’a rien à se reprocher sur les buts qu’il a permis ce soir», a assuré Hartley.

Après avoir ouvert le pointage grâce à un but de Pavel Koltygin durant une supériorité numérique en début de rencontre, les Voltigeurs ont vu Alexandre David créer l’égalité 1-1 avant la fin de l’engagement. Au deuxième vingt, Jesse Sutton et Nicolas Kingsbury-Fournier ont touché la cible à quatre minutes d’intervalle pour procurer une avance de 3-1 au Titan. Marc-Olivier Duquette a toutefois réduit l’écart 26 secondes plus tard.

Complices des deux filets de Joe Veleno, les vétérans Nicolas Beaudin et Gregor MacLeod ont récolté chacun deux passes. Du côté du Titan, Mathieu Samson a également préparé deux buts.

En l’emportant, les Voltigeurs (40-10-2-0) ont atteint le cap des 40 victoires à leur 52e match cette saison. L’équipe occupe toujours le deuxième rang du classement général dans la LHJMQ.

En dépit de cette réussite morale, le Titan (7-41-2-1) a vu sa séquence de défaites se prolonger à 12 parties (0-10-2-0). Notons qu’il s’agissait d’un premier duel entre les deux équipes depuis la transaction impliquant les défenseurs slovaques Michal Ivan et Oliver Turan.

Les Voltigeurs seront de retour devant leurs partisans mercredi soir, alors que le Phoenix de Sherbrooke (30-20-1-1) sera de passage au Centre Marcel-Dionne à compter de 19 h. Il s’agira du début d’une séquence de quatre matchs en cinq soirs.

«C’est une grosse semaine qui nous attend. On veut rebondir. Ce sera important de se reposer et d’être prêts pour le match de mercredi soir», a conclu Steve Hartley.

Partager cet article