Le corps retrouvé en deux morceaux dans un réfrigérateur

Photo de Erika Aubin
Par Erika Aubin
Le corps retrouvé en deux morceaux dans un réfrigérateur
Félix Pagé est accusé du meurtre de Roland Baker et d’outrage au cadavre. (Photo : Ghyslain Bergeron)

PROCÈS. Dans la continuité du procès de Félix Pagé, accusé de meurtre et d’outrage à un cadavre, la Couronne a appelé à la barre des témoins l’agent Christian Cantin, qui a retrouvé le corps de Roland Baker en deux paquets placés dans un réfrigérateur.

L’agent Christian Cantin, admis devant le jury comme témoin expert en identification d’empreintes digitales, a décrit sa journée du 24 mai 2017, où il a fait la macabre découverte du corps. Selon le témoignage du policier, il s’est rendu sur les lieux, au 57 rue Plamondon, afin d’examiner la scène de crime et d’y retrouver des indices. Après avoir inspecté le rez-de-chaussée, il s’est rendu à l’étage. Il a aperçu, sur un mur, une substance rougeâtre qui s’apparentait à du sang. Après un test effectué sur place, il a pu confirmer qu’il s’agissait de sang humain.

Alors que l’agent Cantin racontait sa journée du 24 mai 2017 en montrant au jury les photographies prises, Félix Pagé, dans le box des accusés, observait lui aussi attentivement la preuve.

Par la suite, l’agent Cantin et une collègue se sont dirigés vers le sous-sol de la demeure. Dans une pièce, ils ont fait la découverte d’un paravent, une multitude d’objets et de planches, placés en avant d’un réfrigérateur. Le policier a témoigné avoir remarqué une vis qui traversait la porte, la rendant ainsi fixée à même l’électroménager. Puis, il a aperçu des grilles et des caissons qui ont été enlevés du réfrigérateur. «C’est à partir de ce moment que le frigidaire est devenu d’intérêt pour nous», a-t-il exprimé devant le jury.

Le réfrigérateur dans lequel le corps de Roland Baker a été retrouvé. (Photo prise à partir de la preuve déposée en cour – Erika Aubin)

En fouillant le tas d’objets placés devant le réfrigérateur, les deux agents ont trouvé des couvertures imbibées d’une «substance rougeâtre qui s’apparentait à du sang».

Après avoir retiré la vis qui retenait la porte du réfrigérateur, Christian Cantin et sa collègue ont fait la découverte d’un corps emballé avec des couvertures et des ceintures. Il y avait deux paquets dans lesquels se trouvaient des morceaux de la victime.

La vis qui bloquait la porte du réfrigérateur. (Photo prise à partir de la preuve déposée en cour – Erika Aubin)

Le témoignage de Christian Cantin, expert en identification d’empreintes digitales, se poursuivra le lundi le 14 janvier.

Un jeans taché du sang de Roland Baker

En ce vendredi matin, quatrième jour du procès, Félix Pagé s’est présenté devant le jury avec le même air confiant que la veille. La journée a débuté lentement avec un contre-interrogatoire de la part de l’accusé, qui se représente seul, envers le sergent Mario Langelier.

Le 23 mai 2017, Mario Langelier a rencontré Félix Pagé comme témoin important dans le dossier de la disparition de Roland Baker. C’est également lui qui a eu le mandat de procéder à son arrestation le 24 mai 2017.

Quelques heures avant l’arrestation, en matinée, le sergent Langelier s’était rendu au domicile de Félix Pagé à la suite d’un appel pour violence conjugale. À son arrivée, le policier a remarqué une tache de sang sur le pantalon de M. Pagé et il l’a questionné à ce sujet.

«C’est le sang de Roland Baker», lui avait alors répondu Félix Pagé en riant, selon le témoin. Ces propos ont été rapportés par le sergent Langelier lors de son contre-interrogatoire. Toutefois, puisque le pantalon ne fait pas partie des preuves déposées par la Couronne, l’accusé n’a pas pu revenir sur le sujet, selon le juge Alexandre Boucher.

Le procès de Félix Pagé, accusé du meurtre de Roland Baker et d’outrage au cadavre, se poursuit lundi prochain au Palais de justice de Drummondville.

Partager cet article