De nouvelles orientations pour la Galerie d’art Desjardins

Photo de Mathieu Fontaine
Par Mathieu Fontaine
De nouvelles orientations pour la Galerie d’art Desjardins
Marie-Pierre Simoneau et Maude Hénaire travailleront en collaboration pour instaurer les différentes facettes du plan d’action de la Galerie d’art Desjardins. (Photo : Mathieu Fontaine)

CULTURE. Après avoir été dépouillés de leurs subventions gouvernementales en 2017, les dirigeants de la Galerie d’art Desjardins ont dû prendre du recul pour réévaluer la situation de la salle d’exposition drummondvilloise. Deux ans plus tard, l’optimisme règne avec l’élaboration d’un nouveau plan stratégique et l’arrivée d’une nouvelle coordonnatrice.

«Une galerie d’art, ce n’est pas comme une salle de spectacle, il n’y a pas beaucoup de manière de la rentabiliser. Jadis, nous étions soutenus financièrement par le ministère de la Culture et des Communications, mais le tout a été transféré au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Depuis, nous n’avons plus le droit au financement accordé aux centres d’exposition, ce qui nous a placés dans une situation défavorable», a expliqué d’entrée de jeu Marie-Pierre Simoneau, directrice générale de la Maison des arts Desjardins de Drummondville.

Devant composer avec la suppression de son financement en raison de nombreux changements de critères, le conseil d’administration de la Maison des arts Desjardins a décidé d’évaluer ses options dans le but de conserver ce lieu d’exposition qui fait partie intégrante de la culture drummondvilloise. «Il n’a jamais été question de fermer la galerie, a assuré Mme Simoneau. Par contre, nous en sommes venus à la conclusion que nous devions faire un diagnostic et un plan d’action pour assurer la pérennité de notre salle d’exposition.»

Ainsi, le conseil d’administration a travaillé de concert avec Gilles Prince, un spécialiste en développement des organismes culturels, pour en arriver à un plan stratégique établi sur quatre ans, qui reposera sur deux principes distincts : la continuité et l’interdisciplinarité.

Ouvrir ses horizons

Dès septembre prochain, une programmation axée sur l’art actuel sera offerte à la Galerie d’art Desjardins, une décision favorable pour un éventuel retour des subventions retirées par le CALQ. «Nous ne voulons pas travailler que pour le Conseil des arts et des lettres, mais les critères sont maintenant dirigés vers l’art actuel.  Nous voulons retrouver notre financement et nous propulser vers l’avenir; c’est la meilleure façon de la faire», a révélé Marie-Pierre Simoneau.

Toutefois, toujours selon la principale intéressée, il sera important d’assurer une continuité avec le travail amorcé par Normand Blanchette, ex-directeur de la Galerie d’art Desjardins. «Nous ne changeons pas complètement la recette! Normand prônait une approche portée sur les normes muséales et il a fait un travail incroyable pendant toutes ses années. Nous allons poursuivre son œuvre en proposant une conception différente, davantage portée vers l’art actuel. Nous voulons rendre l’art accessible et cette orientation aidera à atteindre nos objectifs», a-t-elle poursuivi.

Pour ce faire, la successeure de M. Blanchette, Maude Hénaire, travaillera en collaboration avec des commissaires qui proposeront différents types d’expositions et participeront même à leurs conceptions. «En travaillant avec des commissaires, il sera plus facile de se repositionner et de nous diriger vers l’art actuel. Ce sont des experts qui sont au fait de toute l’actualité artistique. Ils sauront répondre à nos attentes et nous guider dans le processus», a indiqué Mme Hénaire, qui agira à titre de coordonnatrice pour la Galerie d’art Desjardins.

Sans pouvoir révéler davantage de détails, il serait également possible d’observer des expositions en lien direct avec les activités de la salle de spectacle, ce qui viendrait créer une interdisciplinarité entre les deux institutions de la Maison des arts Desjardins de Drummondville. «Nous voulons profiter de l’achalandage généré par notre salle de spectacle pour que les gens viennent visiter la Galerie d’art. Si nous créons des liens entre les deux, nous croyons que la clientèle de notre salle d’exposition pourrait s’agrandir. Ce sera très intéressant de voir comment on pourra jumeler le tout», a précisé la directrice générale.

La personne tout indiquée

En décembre dernier, Normand Blanchette a quitté pour la retraite laissant derrière lui un héritage artistique indéniable pour la Ville de Drummondville et de grands souliers à chausser pour Maude Hénaire.

Toutefois, Marie-Pierre Simoneau persiste et signe : la nouvelle coordonnatrice est la personne parfaite pour relever le défi. «Maude correspond bien à l’image de l’évolution qu’on veut donner à la Galerie. Elle aura un énorme mandat à remplir et elle a toutes les compétences nécessaires pour y arriver», a-t-elle déclaré au sujet de sa nouvelle collègue de travail.

Après avoir fait ses études en histoire de l’art visuels à l’Université du Québec à Montréal, Maude Hénaire gravite dans le monde artistique depuis plus de huit ans. Originaire de Drummondville, elle amènera beaucoup d’expérience à la Galerie d’art Desjardins, elle qui a notamment travaillé dans divers secteurs tels que le théâtre, le cinéma, l’art visuel et plus encore.

Celle-ci aura ainsi quelques mois bien chargés devant elle avant le dévoilement de la programmation 2019, en septembre prochain. Notons que la programmation actuelle se terminera en juin prochain et que d’autres détails seront dévoilés au cours des prochains mois.

Expositions à venir

Les Impatiens (15 au 30 janvier 2019)

Claude Guérin (2 au 14 février 2019)

Pellan et Shakespeare (20 février au 11 mai 2019)

Finissant(e)s en arts visuel du Cégep 2019 (19 mai au 16 juin 2019)

 

Partager cet article