Village québécois d’antan : la maison Faucher sera réparée

Photo de Mathieu Fontaine
Par Mathieu Fontaine
Village québécois d’antan : la maison Faucher sera réparée
(Photo : Ghyslain Bergeron)

INCENDIE. Après avoir vu les pompiers maîtriser l’incendie de la maison Faucher ce matin, l’heure est au bilan pour le Village québécois d’antan (VQA). Malgré l’étendue des dégâts, les nouvelles sont encourageantes pour la suite des choses. 

Peu après 13 h, les dirigeants ont émis un communiqué dans lequel on explique que le feu s’est concentré dans la structure et l’entretoit de la cuisine d’été de la maison centenaire. Guy Bellehumeur, directeur général du VQA, s’est d’ailleurs dit soulagé dans les circonstances.

«Notre compagnie d’assurance a passé ce matin et nous serons en mesure de conserver la maison de façon authentique. Les dommages sont concentrés dans la cuisine d’été. La salle commune autour de laquelle gravitent deux petites chambres, le salon, une autre pièce aménagée en étude de notaire ainsi que l’étage supérieur ont pu être sauvés», a-t-il précisé.

M. Bellehumeur a tenu à souligner le bon travail des employés et des pompiers qui ont travaillé à éteindre le brasier.

Un pompier a défait un mur avant de la maison. (Photo Ghyslain Bergeron)

«Sans l’intervention rapide des employés du Village et de celle des pompiers qui sont arrivés rapidement sur les lieux, la maison aurait été une perte totale», a-t-il indiqué, en ajoutant que la maison Faucher est entièrement construite de bois et isolée au bran de scie; des matériaux favorisant à la propagation du feu.

«Il y avait un vieux piano dans la maison. Nous sommes heureux car il a été préservé», a-t-il pris soin de préciser à L’Express.

Selon le chef de division par intérim du Service de sécurité incendie de Drummondville, Pascal Roux, le site ne représente aucun danger pour les visiteurs, si bien que les activités du Village illuminé Desjardins, tant les animations intérieures qu’extérieures, auront lieu selon l’horaire habituel. Les activités qui avaient lieu dans cette maison seront quant à elles relocalisées ailleurs sur le site.

Même s’il est encore trop tôt pour déterminer avec exactitude la cause du feu, le directeur général du Village a émis l’hypothèse que l’incendie a pris naissance dans la cheminée.

«On pense que tout a commencé dans la cheminée, mais l’enquête viendra préciser le tout.»

Guy Bellehumeur, directeur général du Village québécois d’antan. (Photo d’archives)

Construite en 1850, la maison Faucher représente le modèle typique de « la maison québécoise » même si le perron-galerie est un ajout du début du 20e siècle.

L’intérieur de cette maison représente le souci de perfection de la part des artisans qui y ont œuvré. Son toit est à deux versants avec retours de larmiers recouverts de bardeaux de cèdre. En 1903, le propriétaire, Zéphirin Faucher, a ajouté à la maison une cuisine d’été. Au premier étage, le plafond est très bas. Il s’agit d’un plafond à «caissons» fixé sous les poutres tel qu’on en retrouve dans les habitations très anciennes et typiques du Canada français.

Sur le site du Village québécois d’antan, la maison était celle de la commère, un personnage fort connu de ce site historique.

Partager cet article