«On parle avec de grosses pointures» – Alain Rayes

Par Jean-Pierre Boisvert
«On parle avec de grosses pointures» – Alain Rayes
Alain Rayes (Photo : Archives)

Les conservateurs et surtout leur lieutenant québécois Alain Rayes sont entrés en mode de grande séduction pour recruter leur candidat dans Drummond, une circonscription clairement ciblée en vue des élections du 21 octobre 2019.

«On parle avec de grosses pointures», lance à l’autre bout du fil Alain Rayes qui, entre deux événements importants à son agenda, a retourné l’appel de L’Express mercredi.

«J’ai rencontré des personnes d’influences dernièrement et, comme ce sont des professionnels, des gens très occupés dans leur sphère d’activités, il est normal que ça prenne un peu de temps avant d’obtenir un engagement. Mais, je crois bien que nous serons en mesure d’annoncer notre candidat dans Drummond ce printemps ou peut-être même cet hiver», a-t-il avancé.

Selon lui, les circonscriptions fédérales de Drummond et la sienne, Richmond-Arthabaska, ont plusieurs choses en commun. «Ces deux circonscriptions se ressemblent. J’ai discuté avec des gens de Drummond qui font les mêmes constatations que nous, qui sont insatisfaits du gouvernement Trudeau, qui voient bien que le Bloc québécois est en décrépitude et que le NPD n’est plus là. Selon nos chiffres, on a fait des gains. Les victoires caquistes au Centre-du-Québec sont d’ailleurs de bons indicateurs. Plusieurs se questionnent sur des décisions du le gouvernement libéral, comme celles sur l’immigration, sur le déficit, sur la réforme de la fiscalité de Bill Morneau et sur le nouvel accord de libre-échange. On voit bien que le terrain est fertile pour le Parti conservateur», a exposé le bras droit du chef Andrew Scheer au Québec.

Alain Rayes est convaincu d’une chose : Drummond est prenable par les conservateurs. Surtout avec un gros nom pour le dire haut et fort!

Partager cet article