La SSJBCQ derrière les Franco-Ontariens

La SSJBCQ derrière les Franco-Ontariens
Gisèle Denoncourt est inquiète quant à l'avenir de la Fête nationale

CENTRE-DU-QUÉBEC. En Ontario, en l’espace d’une journée, le gouvernement conservateur de Doug Ford a réduit en bouillie le rêve de générations de Franco-Ontariens. La Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec (SSJBCQ) tient à exprimer son profond désaccord avec ces décisions impromptues et choquantes, aux conséquences sociales et linguistiques inquiétantes.

Elle souligne que les coupes du premier ministre ontarien en francophonie causent un tort des plus néfastes et provoquent l’effritement du français au Canada, en plus de réduire la communauté franco-ontarienne à un statut de communauté ethnique canadienne.

«Il faut que les gens des régions comme la nôtre dénoncent ces décisions et appuient les démarches des Franco-Ontariens, de même que l’ensemble des communautés francophones au travers le Canada. On doit se lever sans tarder, sans quoi le fait français au Canada perdra encore et encore de l’importance», estime la directrice générale de la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec (SSJBCQ), Gisèle Denoncourt.

À la SSJBCQ, on souligne aussi que la situation vécue ces jours-ci en Ontario est malheureusement loin d’être exclusive.

«Ce qui se passe actuellement en Ontario, on le voit aussi poindre au Nouveau-Brunswick et dans plusieurs autres endroits au Canada», fait remarquer Jocelyn Gagné, président de la SSJBCQ. «C’est tout de même aberrant de constater qu’on bloque un important projet d’université francophone en Ontario alors qu’au Québec, on finance des universités anglophones de façon supérieure à ce qui se fait dans les autres provinces. On assiste vraiment à un effritement du français au Canada, et ce, sans considérer que la culture franco-canadienne fait partie intégrante de l’histoire du Canada», de conclure le président régional.

«On est vraiment en droit de se demander où s’en vont la francophonie et le bilinguisme du Canada», expose la directrice générale de la SSJBCQ.

Partager cet article