Une saison de transition pour le basketball collégial

Photo de Mathieu Fontaine
Par Mathieu Fontaine
Une saison de transition pour le basketball collégial
Les équipes de basketball du Cégep de Drummondville recevaient la visite des Volontaires du Cégep de Sherbrooke, vendredi soir. (Photo : Mathieu Fontaine)

BASKETBALL. C’est sous le thème de la reconstruction que la saison des deux équipes de basketball du Cégep de Drummondville s’est amorcée au début du mois d’octobre. Malgré un départ difficile, les entraîneurs des Voltigeurs restent confiants pour la suite de la campagne 2018-2019.

L’équipe masculine du Cégep de Drummondville. (Photo : Mathieu Fontaine)

Avec une fiche d’une victoire et deux défaites, les représentants masculins éprouvent des difficultés depuis le premier match de la saison. Par contre, les résultats ne reflètent pas le potentiel de l’équipe, selon l’entraîneur-chef Pascal Simard. «Nous avons offert de bonnes performances, mais nous sommes supérieurs à ce que les scores indiquent. Nous devons jouer mieux que ça», précise-t-il.

Ce dernier ne cache toutefois pas que le programme est en période de transition. «C’est une année de reconstruction, c’est sûr. J’ai quelques vétérans dans l’équipe qui amènent de la stabilité et des recrues qui viennent compléter. Nous manquons d’expérience et ça risque d’être une saison un peu plus difficile», avoue-t-il.

Chaque année, le Voltigeurs doivent faire face à des formations qui peuvent compter sur des joueurs provenant de partout au Québec, ce qui est rarement le cas pour les Drummondvillois. «Nous devons affronter des équipes qui font du recrutement à la grandeur de la province. De notre côté, on fait davantage confiance aux gars de la place», indique M. Simard.

D’ailleurs, les Voltigeurs pourront compter sur l’arrivée du plusieurs athlètes de qualité au cours des prochaines années. «Dès l’an prochain, nous aurons beaucoup de joueurs de bon calibre provenant de Marie-Rivier. Ils ont bâti un excellent programme il y a une dizaine d’années et on commence à voir les retombées. La stabilité va tranquillement s’installer au Cégep de Drummondville», affirme celui qui s’implique déjà auprès des porte-couleurs de cette école secondaire.

Ainsi, l’équipe masculine s’est fixé des objectifs modestes pour la saison 2018-2019. «On veut s’amuser et progresser, lance Pascal Simard. On devrait être compétitifs et on va batailler pour une place en séries jusqu’à la toute fin», ajoute l’entraîneur qui en est à une 13e campagne avec le cégep drummondvillois.

Rappelons que quatre des neuf formations de la section du Centre-du-Québec accèderont aux championnats régionaux de fin de saison.

Vendredi soir, les gars accueillaient les Volontaires du Cégep de Sherbrooke, l’une des forces du circuit. Après un bon début de partie, les Voltigeurs ont vu l’équipe sherbrookoise s’imposer au filet et se diriger vers une victoire de 86 à 34.

Repartir à zéro

L’équipe féminine du Cégep de Drummondville. (Photo : Mathieu Fontaine)

Avec une fiche d’aucune victoire et quatre revers, les représentantes du Cégep de Drummondville ne connaissent certainement pas le début de saison espéré.

À sa première saison à la barre de l’équipe féminine des Voltigeurs du Cégep de Drummondville, l’entraîneur Alain Olagny fera face à tout un défi. «On doit rebâtir le programme en commençant par la base et les habiletés techniques. J’ai quelques joueuses qui en sont à leur deuxième année, mais la plupart arrivent au Cégep. J’en ai même qui n’ont jamais vraiment joué au basket», avoue-t-il.

Pour améliorer leur sort, les filles mettent les bouchées doubles depuis le début de la campagne. «En plus des deux pratiques hebdomadaires, j’ai inséré une autre plage d’entraînement pour pratiquer les jeux de base du basketball et améliorer le cardio. Nous avons toujours de bons débuts de matchs, mais on a tendance à s’écraser plus la partie avance», indique le pilote belge.

Vendredi soir, les filles ont subi un cuisant revers de 119-33 contre les Volontaires du Cégep de Sherbrooke. Malgré tout, Olagny reste optimiste dans son analyse. «On voit du progrès à l’entraînement et dans certaines facettes du jeu. C’est déjà un bon début», déclare celui qui a déjà été entraîneur-adjoint d’une équipe professionnelle en Belgique.

Toujours dans le but de progresser, Olagny a lancé un défi à ses joueuses pour la saison 2018-2019. «Nous, ce qu’on vise, c’est de s’améliorer à chaque partie et d’avoir du plaisir. Nous avons trois matchs contre chaque formation et nous voulons être en mesure d’offrir une meilleure opposition et réduire l’écart de points à chaque fois qu’on les affronte», affirme-t-il.

Même si la situation s’avère précaire, Alain Olagny est à Drummondville pour y rester et instaurer une stabilité au sein du programme féminin. «Je veux que les Voltigeurs aient leur propre identité. Le basketball collégial est tout nouveau pour moi et je vais apprendre autant que les filles. Si je réussis à amener chacune d’entre elles à un niveau supérieur, ce sera déjà un objectif d’atteint», conclut-il.

Les équipes de basketball des Voltigeurs seront de retour à l’action dès vendredi soir, alors que les Diablos du Cégep de Trois-Rivières seront en visite à Drummondville. Le tout s’amorcera dès 19 h avec le match des filles, qui sera suivi de celui des garçons, à 21 h.

Partager cet article