Investissements majeurs chez Technocell

Par Cynthia Martel
Investissements majeurs chez Technocell
Technocell a investi 4,3 M$ en début d'année pour cette nouvelle caisse d’arrivée. (Photo : Cynthia Giguère-Martel)

ÉCONOMIE. Pour mieux faire face à la compétition et maintenir sa bonne position sur le marché, Technocell a procédé ces quatre dernières années à des investissements de plus de 8 M$, dont la moitié de cette somme a été investie au début de 2018.

Située sur la rue Kunz, dans le quartier industriel à Drummondville, Technocell est une entreprise se spécialisant dans la fabrication de papier décor pour le recouvrement de meubles, d’armoires et de planchers flottants.

«On fait partie du groupe Felix Schoeller, une entreprise familiale qui exploite six autres usines, cinq en Allemagne et une aux États-Unis, indique François Aubertin, vice-président des opérations. Même si nous sommes établis ici depuis 25 ans, la plupart des gens ne nous connaissent pas. Ils pensent qu’on se spécialise dans les batteries ou les cellulaires, mais en fait Technocell veut dire technocellulose, un papier lié à une industrie bien particulière qu’est la lamination. Précisément, nous fabriquons le produit brut dans 120 grades de couleur, du blanc jusqu’au brun. Par exemple, 60 blancs différents sont offerts.»

Selon M. Aubertin, Technocell Drummondville est la seule usine en Amérique du Nord qui fabrique ce type de produit.

«Nous avons 55 % des parts de marché en Amérique du Nord, ce qu’on veut maintenir et même accroître, même si c’est difficile», fait-il savoir, soulignant que la Chine et l’Europe représentent des compétiteurs majeurs.

Les investissements faits au cours des quatre dernières années s’inscrivent dans une vision de croissance.

28 000 tonnes de papier sont produites annuellement. (Photo Cynthia Giguère-Martel)

Entre 2014 et 2016, 4 M$ ont été injectés dans l’achat d’un scanneur servant à numériser les feuilles de papier et d’un enrouleur, notamment. Et en début d’année, l’usine s’est dotée d’une nouvelle caisse d’arrivée au coût de 4,3 M$.

«C’est le cœur de la machine qui nous permet maintenant de fabriquer des feuilles plus larges et qui augmente du même coup le potentiel de rapidité de production. Par exemple, nous pouvons maintenant produire 800 mètres de papier par minute au lieu de 500 mètres par minute», précise le dirigeant.

«Tout ça nous aide à garder notre position et à conserver nos marchés, malgré les défis constants. Je tiens aussi à souligner que tous les investissements ont été faits à partir de nos fonds générés», poursuit-il.

Le système électrique a aussi été modernisé quelques années auparavant et entre 2007 et 2011, 1 M$ a été investi dans un programme de santé et sécurité.

À titre informatif, Technocell emploie 110 personnes. Son chiffre d’affaires est de 90 M$ et 28 000 tonnes de papier y sont produites annuellement. Sur ce volume, seulement 1 % est vendu au Canada. «Notre marché est principalement aux États-Unis (80 %) de même qu’en Chine, Inde, Brésil et Argentine, entre autres», indique-t-il.

Il y a deux ans, un plan de croissance sur cinq ans a été élaboré.

«L’objectif principal est d’arriver à produire 40 000 tonnes par année et baisser les coûts de production. C’est sûr qu’en augmentant le tonnage, on vient automatiquement baisser nos coûts de production», laisse entendre M. Aubertin.

François Aubertin, vice-président des opérations, et Stéphanie Bouchard, coordonnatrice des ressources humaines. (Photo Cynthia Giguère-Martel)
Partager cet article