Esteban Nadeau rêve aux Jeux olympiques

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Esteban Nadeau rêve aux Jeux olympiques
S'entraînant au club de boxe Ultimaction de Drummondville

BOXE. Esteban Nadeau n’est âgé que de 14 ans, mais il possède déjà une impressionnante feuille de route en boxe amateur. Reconnu tant pour sa détermination que son insatiable soif de vaincre, le Drummondvillois représente assurément l’un des plus beaux talents de sa génération au Québec.

C’est à la suite d’épisodes d’intimidation dans la cour d’école que Nadeau s’est intéressé aux sports de combat à l’âge de 9 ans. Pour apprendre à se défendre face à ses agresseurs, il a d’abord suivi des cours de kickboxing.

«À mon premier combat, j’affrontais un adversaire beaucoup plus imposant que moi. J’étais supposé me faire passer le K-O, mais j’ai gagné par décision partagée. Mon entraîneur a vu que j’avais beaucoup de cœur au ventre. Rapidement, je suis tombé dans la boxe», raconte le jeune homme.

Sous les conseils d’Éric Leclerc au sein du club Ultimaction, Nadeau s’est vite démarqué par son style énergique et agressif. Son entraîneur le décrit d’ailleurs comme un athlète de caractère au grand potentiel.

«Esteban est un gars discipliné et vaillant. Il met beaucoup d’efforts à l’entraînement. Dans le ring, c’est un vrai bagarreur. Il a déjà disputé 55 combats. Pour son âge, il a donc beaucoup d’expérience. Notre but, c’est de l’aider à percer l’équipe canadienne de boxe et ensuite atteindre les rangs professionnels», explique Leclerc, copropriétaire du gymnase de la rue Lindsay en compagnie de Benoît Gallant.

Évoluant dans la catégorie des 63 kilos (138 livres) chez les juvéniles, Nadeau vient de remporter une médaille d’or aux Gants dorés pour une deuxième année consécutive. La semaine dernière, en finale de cette compétition provinciale disputée à Lévis, il a vaincu William Boisvert par décision unanime des juges.

«Mon adversaire a été naïf, estime Nadeau. Il était trop sûr de lui. Il m’avait déjà battu dans le passé, alors il a cru que ce serait facile, sauf que j’ai progressé depuis ce temps-là. Il n’a jamais eu le temps de m’attaquer; j’étais déjà parti.»

«Encore une fois, mon cardio m’a bien servi. Je peux garder un rythme élevé pendant trois rounds et je ne suis pas brûlé.»

Outre Nadeau, trois autres boxeurs originaires de Drummondville étaient en action lors des derniers Gants dorés. Fabrice Cormier, du club Performance de Trois-Rivières, ainsi qu’Alec Lafond et Karine Bélanger, de l’académie KO-96 de Victoriaville, ont subi la défaite devant leur adversaire respectif.

En s’imposant aux Gants dorés, Nadeau s’est qualifié pour la finale du Défi des champions qui aura lieu à Montréal, du 3 au 5 février 2017. Une victoire lui permettrait ensuite de représenter le Québec dans une compétition d’envergure nationale et d’ainsi continuer sa quête des plus hauts sommets.

D’ici le Défi des champions, Nadeau devrait disputer au moins quatre combats. Les amateurs de la région pourront à nouveau le voir à l’œuvre dans le ring du gymnase Ultimaction cet automne.

Ambitionnant de suivre les traces de grands boxeurs drummondvillois tels que l’olympien Benoit Gaudet, le champion canadien Benoît Fleury ou encore le professionnel Jordan Balmir, Esteban Nadeau souhaite éventuellement gagner sa vie en pratiquant le noble art. Pour le jeune athlète au talent prometteur, une participation aux Jeux olympiques représente certes son plus grand rêve.

Partager cet article