Frédérick Malette se souvient de Bob Bissonnette

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Frédérick Malette se souvient de Bob Bissonnette
Frédérick Malette (Photo TC Media – archives

HOCKEY. La mort tragique de Bob Bissonnette dans un accident d’hélicoptère au Nouveau-Brunswick n’a laissé personne indifférent dans le milieu sportif et artistique québécois. Ami proche du hockeyeur devenu chanteur, le Drummondvillois Frédérick Malette n’en garde que des souvenirs positifs.

Au hockey, Bissonnette et Malette ont été coéquipiers durant une saison, défendant les couleurs des Olympiques de Hull en 1998-1999. Au fil des ans, les deux hommes ont toujours gardé le contact.

«On était d’abord coéquipiers, mais notre relation allait plus loin que ça. Bob a commencé sa carrière junior une année après moi, en même temps qu’Alexandre Giroux et Daniel Clermont. On avait tous le même âge. Rapidement, on est devenus de très bons amis. Notre relation dépassait la chambre de hockey, même si celle-ci était importante», a raconté Malette lorsque joint au lendemain de la tragédie.

Celui qui a été membre de l’organisation des Voltigeurs pendant 17 ans avant de remettre sa démission le printemps dernier se souvient de Bissonnette comme d’une personne «extrêmement entière» dans chaque facette de sa vie. Une ferveur de vivre qui rayonnait jusque sur la glace, où il se démarquait de mille façons différentes.

«Bob aimait l’adrénaline et l’intensité. Par son engagement sur la patinoire, il était un coéquipier aimé de tous. Chaque jour, il allait à la guerre pour son équipe. Ce n’était pas un poids lourd, mais quand la cause de l’équipe était en jeu, il n’hésitait pas à se battre contre des adversaires beaucoup plus grand et gros que lui», a témoigné le directeur des services aux élèves au Collège Saint-Bernard.

Personnage extravagant, Bissonnette ne laissait personne indifférent. Comme chaque personne l’ayant côtoyé, Malette a plusieurs histoires à raconter à son sujet.

«Je me rappelle qu’il amenait sa guitare dans nos voyages en autobus. Au début, les gars riaient de lui. Son anglais était moyen, son talent de guitariste aussi. Mais Bob était un showman. Il aimait mettre de l’ambiance. Pour lui, ce n’était pas grave si les accords n’étaient pas parfaits. Quand les anglophones lui ont demandé de chanter en anglais, il a pris une caisse de cassettes VHS. Il a lu les mots écrits dessus, il a mis du beat et en peu de temps, il en a fait une chanson. Il avait vraiment le don de créer des moments spéciaux», a relaté celui qui a invité son ami à venir chanter au Centre Marcel-Dionne lors d’un match des Voltigeurs il y a quelques années.

Malette se souvient également d’un match en particulier contre les Foreurs de Val-d’Or à l’automne 1998.

«On les avait affrontés en séries et une grosse rivalité s’était installée. Anthony Quessy avait frappé Mario Joly de façon sournoise. Tout l’aréna Guertin criait le nom de Bissonnette. Claude Julien l’avait envoyé sur la glace. Je me rappelle très bien que la mise au jeu était à ma droite. Bruno Lemire s’est installé devant Quessy, mais Bob lui a tapé une fesse pour prendre sa place. Évidemment, il n’était pas là pour gagner la mise au jeu. Quessy était plus vieux que lui, mais Bob ne regardait pas ça. Il n’acceptait pas qu’on s’en prenne de cette façon à ses coéquipiers.»

Au-delà du hockey, Malette se rappellera de son camarade comme d’un grand aventurier qui mordait dans la vie.

«C’était un tripeux, mais à travers son plaisir, il a obtenu un bac à l’université. Il était une personne brillante avec une fibre très entrepreneuse. Il avait toujours plusieurs projets en tête.»

Frédérick Malette était en visite chez un ami, dimanche soir, lorsqu’il a appris la terrible nouvelle.

«On jouait de la musique autour d’un feu. La veille, on était allé voir Cayouche à Notre-Dame-de-Pierreville. On s’est dit que notre prochaine virée dans un petit village, ce serait pour aller voir Bob. Un peu plus tard dans la soirée, ma femme m’a m’annoncé son décès», a raconté celui qui a passé une partie de la nuit au téléphone avec Alexandre Giroux et Daniel Clermont, le trio se remémorant de bons souvenirs à la mémoire de leur vieil ami.

Partager cet article