«Le système de santé est mort»

«Le système de santé est mort»

.

Je suis infirmière. Dans la vingtaine, la vie devant moi direz-vous. Et pourtant!

Si j’avais su ce que la profession deviendrait en 2018, vous avez ma parole, je n’aurais pas choisi cette vocation. Quatre ans de carrière derrière la cravate, et je veux tout abandonner. Mais je ne le fais pas parce qu’être infirmière c’est ce que je suis. Je ne sais pas ce que je ferais d’autre…

C’est triste, n’est-ce pas ?

Triste d’être pris au piège dans un système de santé qui déraille. Pris au piège entre le patient qui a mal et le manque de ressources qui augmente son mal.

Je voudrais le soulager, mais j’ai mal aussi. J’ai mal de voir mes patients qui sont laissés dans la douleur des heures parce que le système de santé manque de personnel, de ressources et d’humanité!

Je pleure les soirs parce que je ne suis pas heureuse de travailler dans ces conditions inhumaines; faire plus avec moins, travailler des 16h en obligation, oublier les projets de famille parce que l’hôpital te demande tout ton temps, te faire harceler quatre fois par jour par la liste de rappel qui te demande de rentrer travailler sur ta seule journée de congé en 10 jours…

On refuse de permettre aux employés de diminuer leurs disponibilités à quatre quarts par semaine pour être capable de souffler. On préfère qu’ils démissionnent complètement…parce que cinq jours par semaine à voir la souffrance humaine, c’est dur sur le moral.

Je ne pensais pas, quand je me suis « enrôlée » dans le métier que je conterais le nombre d’années avant ma retraite alors que je ne fais que commencer (il m’en reste 31). La « mission » sera longue !

Les troupes sont épuisées. Monsieur Barrette, votre système de santé PUBLIQUE ne va pas bien. Il est en asystolie…Les équipes n’en peuvent plus de masser pour le supporter..

Je pensais sauver des gens, gagner ma vie dans quelque chose qui me passionnerait. J’ai plutôt l’impression de survivre.

Les conditions de travail des infirmiers sont inacceptables.

Je n’en peux plus.

Le système de santé est mort…

 

D’une infirmière épuisée