Sudation extrême : la Cour d’appel maintient les verdicts de culpabilité

Sudation extrême : la Cour d’appel maintient les verdicts de culpabilité

Le trio devra se présenter à la prison d'ici le 17 novembre.

Crédit photo : Ghyslain Bergeron

JUSTICE. Les juges de la Cour d’appel ont maintenu le verdict de culpabilité dans les dossiers de Gabrielle Fréchette, Ginette Duclos et Gérald Fontaine, accusés de négligence criminelle ayant causé la mort de Chantal Lavigne, à Durham-Sud, en 2011.

Selon Radio-Canada, les accusés devront se rapporter aux autorités carcérales au plus tard à midi le 17 novembre prochain pour purger leur peine.

Gabrielle Fréchette avait écopé en 2014 d’une peine de trois ans derrière les barreaux alors que Ginette Duclos et Gérald Fontaine avaient tous deux hérité de deux ans de pénitencier.

Le trio était les organisateurs du séminaire Mourir en conscience, au cours duquel les participants recevaient des traitements et des soins énergétiques, dans un établissement baptisé Reine-de-la-Paix.

Les volontaires étaient d’abord invités à se couvrir de boue. Par la suite, les responsables étaient chargés de les couvrir de plastique et de couvertures jusqu’au cou à la manière d’une momie.

Lorsqu’ils avaient été reconnus coupables en 2014, la juge Hélène Fabi avait déclaré que l’expérience de sudation avait été réalisée dans des conditions extrêmement dangereuses. Elle avait même qualifié les trois accusés d’«insouciants».