Le Condor, comme un animal blessé

La formation cyrilloise élimine les Sportifs


Publié le 6 février 2017

Le gardien Alexandre Rajotte a aidé le Condor à éliminer les Sportifs pour une deuxième année consécutive.

©Gracieuseté LHSAM / Joe Labrie

HOCKEY. Tel un animal blessé, le Condor devient très dangereux lorsqu'il est poussé dans ses derniers retranchements. La formation cyrilloise en a de nouveau fait la démonstration, en fin de semaine, au premier tour des séries éliminatoires dans la Ligue de hockey senior A de la Mauricie.

Nos 20 joueurs sont allés à la guerre. On a joué avec l'énergie du désespoir. - Gaby Roch

Opposé aux Sportifs de Joliette dans une série de qualification deux-de-trois, le Condor a dû puiser au fond de ses ressources pour demeurer en vie. Après avoir perdu le premier match 3-1 devant ses partisans, vendredi soir, les protégés de Gaby Roch ont évité l'élimination grâce à un triomphe de 9-4 sur la patinoire ennemie, le lendemain soir. Ils ont couronné cette remontée en arrachant un gain de 2-1, dimanche soir, à Joliette.

«Dans le premier match, on a joué comme durant la saison. Seulement quelques gars se sont présentés et on n'était pas là physiquement. Dans les deux autres matchs, nos 20 joueurs sont allés à la guerre. On n'avait plus aucune pression. On a joué avec l'énergie du désespoir», a raconté Gaby Roch.

«Plusieurs joueurs ont élevé leur jeu d'un cran. David Roch a tenu à jouer malgré un pied fracturé. Il a marqué deux gros buts. Devant le filet, on a revu le vrai Alexandre Rajotte», a ajouté l'entraîneur-chef originaire de Lanaudière.

Offensivement, le Condor a repris confiance avec une poussée de six buts en troisième période lors de la deuxième rencontre. Dans le match ultime, les Sportifs ont ouvert la marque, mais Marc-André L'Hérault et Stéphane Savoie ont marqué à moins de deux minutes d'intervalle en deuxième période.

«En première, les gars étaient nerveux. Chacun voulait en faire un peu plus. On s'est calmé entre les deux périodes. On est revenu très fort en deuxième. On a obtenu plusieurs chances jusqu'à ce qu'on marque sur un troisième retour de lancer. Le mot d'ordre était de ne pas arrêter de tirer. En troisième, on est tombé un peu trop sur la défensive à mon goût, mais on a tenu le coup.»

C'est la seconde fois en autant d'années que le Condor élimine les Sportifs. Il y a un an, le clan Roch avait comblé des déficits de 2-0 et de 3-2 pour s'imposer en sept matchs.

Gaby Roch
TC Media - archives, Ghyslain Bergeron

Face aux champions

En quart-de-finale, le Condor sera opposé au Bellemare de Louiseville, champion de la saison régulière dans le circuit mauricien.

«C'est la meilleure équipe de notre ligue. Ils sont parfaits pour le hockey senior. Du côté de la robustesse, ils sont semblables à nous. Ils ont des gars qui sont à la fois bons au hockey et pour se battre. Ce sera une série dure pour le corps», a averti Gaby Roch.

Lors du seul duel entre les deux équipes, le Condor a encaissé une correction de 9-3, ce qui clôturait sa saison régulière. «Ce match ne voulait rien dire. J'ai préféré reposer certains éléments. On avait un alignement de seulement 16 joueurs», a rappelé Roch.

Malgré leur statut de négligés, eux qui ont terminé la campagne au neuvième rang du classement général, les Cyrillois ne doivent pas être considérés comme vaincus d'avance.

«Contre Joliette, tout le monde nous voyait perdre. J'ai confiance qu'on peut battre Louiseville. Si on joue comme on l'a fait dans les deux derniers matchs, ça va être dur de nous battre quatre fois.»

La série devrait se mettre en branle dès vendredi soir, à Louiseville. Alors que David Roch devrait être sur la touche pour plusieurs semaines, Alec-Jon Banville espère renouer avec l'action sous peu.

«La première fin de semaine sera très importante. Comme ils n'ont pas rencontré beaucoup d'adversité cette saison, on pourrait ébranler leur confiance en allant chercher une victoire ou deux», a conclu Gaby Roch.

Les autres séries opposeront La Tuque à Cap-de-la-Madeleine, Donnacona à Saint-Léonard-d'Aston ainsi que Waterloo à Windsor.