Le flag football fait son entrée au Cégep

Une 15e équipe pour les Voltigeurs

Jonathan Habashi jonathan.habashi@tc.tc
Publié le 31 octobre 2016

Les joueuses des Voltigeurs ont terminé leur apprentissage sur une note gagnante en signant une victoire de 18-13, jeudi soir dernier, à Shawinigan.

© Gracieuseté

FLAG FOOTBALL. Pendant qu'on assiste à la renaissance du football du Cégep de Drummondville, une équipe d'un sport dérivé, le flag football féminin, est en voie de se former. À compter de l'automne 2017, le groupe dirigé par Sébastien Pépin deviendra la 15e équipe intercollégiale de l'établissement.

Pas moins de 18 filles ont répondu à notre appel, mais 75 % d'entre elles n'avaient jamais touché à un ballon de football. - Sébastien Pépin

Au cours des dernières semaines, les Voltigeurs ont entamé leur préparation à raison de deux entraînements par semaine. Les Drummondvilloises ont également disputé une série de cinq matchs hors-concours sur la route. En plus d'affronter un club d'une école secondaire de Nicolet, elles ont croisé le fer avec quatre formations collégiales.

«Pour cette année de rodage, pas moins de 18 filles ont répondu à notre appel. La plupart sont déjà des athlètes dans d'autres sports, mais 75 % d'entre elles n'avaient jamais touché à un ballon de football de leur vie. Ce fut donc un apprentissage très progressif», a raconté Sébastien Pépin, un entraîneur de football à la base.

Après une défaite de 20-18 face au Collège de Rosemont, les Drummondvilloises ont terminé cette période d'apprentissage sur une note gagnante en renversant le Collège de Shawinigan 18-13.

«Contre Rosemont, on a commis une erreur sur le dernier jeu du match. Les filles ont connu une belle progression, ce qui nous a permis d'obtenir la victoire contre Shawinigan», a indiqué Sébastien Pépin.

Les Voltigeurs ont notamment disputé un match contre une équipe d'une école secondaire de Nicolet, le Collège Notre-Dame de l'Assomption.
Gracieuseté

Au flag football, les plaquages sont remplacés par la substitution à l'adversaire d'une pièce de tissu attachée à la ceinture des joueuses. La discipline a pris une ampleur incroyable au Québec ces dernières années.

«C'est un sport convivial. Il y a un rôle pour tout le monde. Chacun peut trouver sa place, peu importe ses habiletés. On recherche des athlètes complètes, avec une bonne vision du jeu. On y retrouve d'ailleurs plusieurs joueuses de soccer», a souligné Sébastien Pépin.

«C'est vraiment un sport de stratégie, a-t-il ajouté. À l'entraînement, on a donc passé beaucoup de temps sur l'aspect théorique. Les filles veulent apprendre. Elles ont grandement amélioré leur compréhension des stratégies offensives et défensives, qui ont beaucoup évolué ces dernières années.»

L'automne prochain, les joueuses des Voltigeurs joindront les rangs du circuit de flag football féminin collégial québécois. L'équipe évoluera dans la section nord-est, qui regroupe des formations à Granby, Saint-Hyacinthe, Shawinigan et Trois-Rivières.

14 équipes des Voltigeurs déjà en place

- Badminton

- Baseball

- Basketball (féminin et masculin)

- Cross-country

- Football

- Natation

- Soccer extérieur (féminin et masculin)

- Soccer intérieur (féminin et masculin)

- Tennis

- Volleyball (féminin et masculin)