Victime d'un anévrisme, Alexandre Légaré mord dans chaque jeu

Jonathan Habashi jonathan.habashi@tc.tc
Publié le 19 octobre 2016

Quelques mois après avoir subi une rupture d'anévrisme au cerveau, Alexandre Légaré profite de chaque moment passé sur un terrain de football.

© TC Media - archives, Ghyslain Bergeron

FOOTBALL. Alexandre Légaré revient de loin. Victime d'une rupture d'anévrisme au cerveau il y a quelques mois à peine, le jeune homme de 17 ans mord aujourd'hui dans la vie. Il achève une brillante saison recrue dans l'uniforme des Voltigeurs du Cégep de Drummondville.

Je suis béni! Alexandre Légaré

L'accident qui aurait pu lui coûter la vie s'est produit en février dernier. Pendant une séance d'entraînement, Legaré s'est évanoui. Opéré d'urgence dès le lendemain, le jeune footballeur drummondvillois a été contraint à un repos complet de trois mois. Pendant les huit premières semaines de sa convalescence, il a été cloué sur un lit d'hôpital.

«C'est un événement qui fait peur. Au début, je ne pensais pas pouvoir retourner au football un jour. J'avais tellement hâte de jouer collégial. Je voyais tout ça s'écrouler, mais je gardais toujours un petit espoir de revenir au jeu. Quand on m'a dit que je pouvais recommencer à courir, à m'entraîner et retourner à l'école, j'étais fou de joie», exprime Légaré, rencontré près du vestiaire des Voltigeurs après le dernier match de l'équipe.

Défiant les statistiques et étonnant sans cesse son neurochirurgien, le jeune homme ne conserve aujourd'hui aucune séquelle de cet épisode terrifiant.

«Je suis béni! Je suis tellement chanceux et content d'être en pleine forme et de pouvoir jouer au football. Oui, je reviens de loin, mais je suis là pour rester maintenant. Je suis sur une pente montante. Je pense à l'université, mais pour atteindre ce niveau, je dois encore m'améliorer durant les prochaines saisons», avance l'étudiant en langues.

Formé au sein du programme de football de l'école secondaire La Poudrière, Légaré a mené les Patriotes à deux finales du Bol d'or consécutives, en 2014 et 2015. Cette saison, le rapide et polyvalent athlète s'est déjà imposé comme un pilier chez les Voltigeurs. D'abord employé comme quart-arrière, il a vite été transformé en receveur de passes par l'instructeur-chef Patrice Marcoux, qui le qualifie de véritable bougie d'allumage.

«Passer du football secondaire au collégial, c'était un gros pas, mais je me suis bien adapté. Mes entraîneurs parlent de moi comme d'un athlète, sans vraiment m'attribuer de position. Moi, j'ai simplement le goût de jouer, peu importe la position. Ça me permet de voir plus de terrain», raconte l'homme à tout faire des Voltigeurs.

Alexandre Légaré
TC Media - archives, Ghyslain Bergeron

Capable de déjouer l'adversaire tant par la voie aérienne qu'au sol, le numéro 8 a également été employé sur les unités spéciales ainsi qu'en défensive. Ses performances font de lui un sérieux candidat au titre de recrue par excellence dans la division 3 du circuit de football collégial québécois.

«Ma plus grande force, c'est ma rapidité. J'ai aussi une bonne vision du jeu. Je vois bien les ouvertures devant moi, mais dans plusieurs situations, c'est ma vitesse qui me sauve. Je l'utilise à bon escient.»

Après quatre saisons misérables en division 2, les Voltigeurs renaissent de leurs cendres cette saison en division 3. La formation drummondvilloise a signé quatre victoires à ses sept premières sorties.

«On est une équipe très bien préparée. On met beaucoup de sérieux dans nos entraînements. Même si on n'est pas nombreux, on devient plus fort après chaque semaine de pratique. Sur le terrain, on fait chacun le un douzième du travail. Chacun accomplit ce qu'il doit faire», explique Légaré.

«On a beaucoup de cœur au ventre. Il y a un grand esprit de famille qui règne dans l'équipe. On affronte toutes les situations ensemble. On ne laisse personne en arrière. Si un coéquipier fait une erreur, on lui tape dans le dos et on lui rappelle qu'on va être là pour lui au prochain jeu.»

Les Voltigeurs se préparent maintenant à participer aux séries éliminatoires pour la première en cinq ans. En quart de finale, Légaré et ses coéquipiers se frotteront vraisemblablement aux Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe (5-2), contre lesquels ils ont subi deux défaites en autant de sorties.

«Ce sera un gros défi, mais on est capable de les battre. Dans les deux premiers matchs, on était stressés. On voulait trop en faire. On pensait plus aux résultats qu'aux jeux qu'on devait exécuter. Cette fois-ci, on va être mieux préparés. On va être prêts pour ce match sans lendemain», promet Alexandre Légaré.

Alexandre Légaré
TC Media - archives, Ghyslain Bergeron

Des statistiques impressionnantes

- Par les airs

15 passes captées

Gains de 357 verges (2e rang dans la ligue)

Moyenne de 23,8 verges

2 touchés

 

 

- Au sol

59 courses

Gains de 353 verges (5e dans la ligue)

Moyenne de 6 verges

4 touchés

- Retours de bottés de dégagement

12 courses

228 verges (1er dans la ligue)

Moyenne de 19 verges

1 touché