La bibliothèque Francine-Ruest-Jutras, vraiment?

Publié le 15 février 2017

Lettre de Jean-Benjamin Milot, Drummondville

©Photo Deposit

La nouvelle bibliothèque de Drummondville, je dis bien bibliothèque, se nommera la bibliothèque Fracine-Ruest-Jutras. M. Cusson en a fait l’annonce lors du souper du maire.

On a pourtant le Centre Marcel-Dionne et l’Olympia Yvan-Cournoyer. Quand c’est le temps d’honorer des sportifs, on le fait. Quand c’est le temps d’honorer des écrivains? On ne le fait pas.

À Québec, on le fait : la bibliothèque Gabrielle-Roy, la bibliothèque Fernand-Dumond, la bibliothèque Félix-Leclerc, la bibliothèque Roger-Lemelin, la bibliothèque Chrystine-Brouillet, etc.

À Montréal, on vient d’en nommer deux : la bibliothèque Mordecai-Richler et la splendide bibliothèque Marc-Favreau. Il y a aussi le Centre d’archives Gaston-Miron.

À Drummond? Un maire nomme une mairesse.

On aurait bien pu trouver autre chose pour honorer l’ancienne mairesse. Ce n’est pas les occasions qui manquent. Ce n’est rien contre la mairesse, qui a bien servi la population, mais la bibliothèque devrait faire référence à un écrivain ou à un artisan du domaine de la culture.

Ce qui est bon pour le domaine sportif ne l’est pas pour le domaine culturel?

Georges Dor, trop souvent laissé pour compte, mériterait cet honneur.

Un acteur. Un musicien. Un compositeur. N’importe qui, mais il faut que ce soit quelqu’un du domaine culturel. Envoyez vos suggestions à la ville.

Jean-Benjamin Milot, Drummondville