Septembre a été marqué par l’ouverture de la nouvelle bibliothèque

Septembre a été marqué par l’ouverture de la nouvelle bibliothèque

La Bibliothèque publique ouvre ses portes.

Crédit photo : Photo Ghyslain Bergeron

RÉTROSPECTIVE. Le mois de septembre a été riche en actualités. Voici les faits saillants du mois de septembre dernier. 

-La grève qui guettait Microbird n’aura finalement pas lieu. Les travailleurs ont finalement accepté l’offre patronale à 79 %.

-La construction d’une tour à bureaux de prestige, d’une hauteur maximale de 14 étages, est projetée sur la rue Robichaud, derrière le St-Hubert. Le conseil municipal a accepté de modifier le zonage de ce secteur pour la réalisation future de ce projet.

C’est le jeudi 7 septembre que la Bibliothèque publique et l’édifice Francine-Ruest-Jutras ont officiellement été inaugurés. Au terme de 17 mois de chantier, le bâtiment ultramoderne, réalisé au coût de 21 millions de dollars, est prêt à accueillir la population. Pour les autorités et pour l’architecte Stephan Chevalier, Drummondville possède maintenant l’une des plus belles bibliothèques du Québec, sinon la plus belle.

 

-Serge Anctil, un Drummondvillois d’adoption, a été l’heureux gagnant du tirage de la 18e Loto-maison L’Union-Vie au profit de la Tablée populaire. Il s’agit d’un prix de 374 891 $.

-Cascades a procédé à la mi-septembre à l’inauguration officielle de l’agrandissement de son usine d’emballage de carton ondulé de la rue Janelle, suivant un investissement de 26,4 millions $.

 

-Le biologiste d’origine drummondvilloise Jean Lemire, bien connu pour ses expéditions dans le grand Nord sur son fidèle Sedna IV, devient le premier émissaire aux changements climatiques et aux enjeux nordiques du Québec, d’après Radio-Canada.

-L’intersection de la rue Saint-Pierre et du boulevard Lemire, un secteur accidentogène à Drummondville, fera l’objet d’une étude pour voir comment la Ville pourrait procéder à des améliorations. Une fois que l’étude aura fait état des causes des accidents qui y surviennent régulièrement, des solutions seront envisagées, comme par exemple une nouvelle signalisation, de nouveaux feux, aménagement de terre-plein et autres…

-Trois CPE de Drummondville, affiliés au Syndicat des travailleurs et travailleuses en CPE du Cœur-du-Québec de la Confédération des syndicats nationaux, ont voté en faveur de six jours de grève. Ce sont les CPE Mini-Campus, Les Petits abeilles et Le Papillon enchanté.

-Toujours en attente d’une première convention collective après plus d’un an de travaux, les brigadiers scolaires de Drummondville entament des moyens de pression.

-Les signalements à la DPJ du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont augmenté en 2016-2017 et le quart des dossiers retenus concernent des adolescents. À Drummondville, 1564 signalements ont été traités, soit une hausse de 8 %.

-Après un peu plus de deux ans, Disques et Rubans International 2.0 est forcé de mettre la clef dans la porte.

-Le programme PAIR, un service d’appels automatisés gratuits, s’implante au sein des 18 municipalités de la MRC de Drummond. PAIR cible principalement les aînés mais toutes les personnes qui en sentent le besoin peuvent adhérer au service.

-Le Drummondvillois Normand Brousseau a été arrêté à la suite d’une importante frappe de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui a été réalisée dans le cadre de l’enquête Fronde. M. Brousseau a été arrêté pour fraude, corruption, complot et abus de confiance dans les affaires municipales de la Ville de Montréal.

-La problématique du recrutement de la main-d’œuvre dans la région de Drummondville est telle que des entreprises n’hésitent pas à se rendre à l’étranger, aussi loin même qu’aux Philippines, pour embaucher des travailleurs. C’est le cas, entre autres, de Sixpro, une usine spécialisée en application de revêtement de surface de Notre-Dame-du-Bon-Conseil. Son président, Richard Bourbeau, confirme qu’après six mois, l’expérience est concluante.

-La Commission municipale du Québec (CMQ) siège à Drummondville afin de déterminer si le maire de Saint-Edmond-de-Grantham, Robert Corriveau, a commis des manquements aux règles prévues au Code d’éthique et de déontologie, entre autres dans le dossier de l’achat de l’église par la Municipalité.

-Christian Labonté, de Saint-Bonaventure, décède après avoir fait une chute dans un silo à grains d’une ferme du Rang Petit 5e.

-Le conseil municipal de Drummondville s’insurge énergiquement contre les nouveaux règlements contenus dans le projet de loi sur les hydrocarbures, dont celui concernant les distances séparatrices minimales pour autoriser les sites de forages pétroliers et gaziers.

-Les membres du syndicat des pompiers de Drummondville ont rejeté la 2e offre déposée par la Ville. Dans ces circonstances, l’affaire se retrouvera devant un comité d’arbitres, en début d’octobre.

-La Commission scolaire des Chênes a donné son appui à la municipalité de Saint-Lucien pour son projet d’agrandissement d’école. S’il va de l’avant, le projet d’agrandissement rerésenterait un investissement de 5 M $. L’école passerait de 5200 pieds carrés à 21 000 pieds carrés et l’établissement serait alors doté d’un gymnase et d’une bibliothèque et le nombre de classe augmenterait.

-L’entreprise Canneberges L&S de Saint-Lucien investit 3 millions $ pour un congélateur à grande surface qui lui permettra d’améliorer ses opérations d’emballage de fruits et légumes congelés.

-Nouvelle importante dans le dossier de l’enfouissement des déchets : à compter du 1er janvier 2019, les déchets de l’ensemble de la MRC de Drummond seront enfouis à Saint-Rosaire plutôt qu’à Saint-Nicéphore. Le conseil de la MRC de Drummond a confirmé son intention de signer une entente avec l’entreprise Gesterra concernant la gestion des matières résiduelles.

-Le monde communautaire a été quelque peu ébranlé à la fin septembre. Directrice de la Fondation de la Tablée populaire depuis près de sept ans, Nathalie Guidon a décidé de quitter l’organisme pour relever d’autres défis, cette fois au sein des Résidences Pelletier.

-C’est un été particulièrement meurtrier pour les motocyclistes sur les routes du Québec, et Drummondville n’est pas épargnée. Pas moins de cinq accidents mortels sont survenus sur le territoire de la Ville et dans les alentours.

-C’est en grandes pompes que Soprema a procédé à l’inauguration de l’usine rénovée de la rue Haggerty, qui portera désormais le nom du président de l’entreprise multinationale, Pierre-Étienne Bindschedler, présent pour le dévoilement.

-C’est la fin pour le magasin Sears de Drummondville, qui a fermé officiellement ses portes le samedi 30 septembre. Une journée plutôt morne pour les quelque 60 employés licenciés. Selon les informations qui circulent, des promoteurs souhaiteraient reprendre les locaux laissés vacants par Sears aux Promenades Drummondville. Aucune entente n’a encore été signée.

CULTURE

-On annonce officiellement que le Musée populaire de la photographie quittera le sous-sol de la Basilique Saint-Frédéric, dès janvier 2018, pour s’installer dans les locaux du 400, rue Heriot. Le déménagement s’amorcera dès le 1er novembre et se continuera jusqu’à la réouverture.

Une soirée hommage fort réussie à la Maison des arts.

-Mickaël Gouin et Léane Labrèche-Dor ont gagné leur pari, le 9 septembre, en présentant un spectacle drôle, festif et éclaté dans le cadre des activités du 50e de la Maison des arts Desjardins. Les deux artistes ont également respecté la trame des 50 dernières et prochaines années de la Maison des arts, dans le cadre de cette soirée Champagne, pogos et tuxedo.

 

 SPORTS

-Dans les coulisses du baseball local, on parle de plus en plus de la nécessité de rénover le Stade Jacques-Desautels, dont les gradins et les vestiaires sont en piteux état.

-Le Condor a bien failli s’envoler sous d’autres cieux plus tôt cet été. De retour à l’aréna de Saint-Cyrille pour une quatrième saison, la troupe de l’entraîneur-chef Gaby Roch affichera un nouveau visage en 2017-2018.

-Le baseball féminin ne cesse de progresser dans la région. La dernière saison aura permis à quelques joueuses de Baseball Drummond de se démarquer sur la scène québécoise ou canadienne.

-Drummondville ne sauvera pas les Jeux de 2019. À moins de 18 mois de la finale hivernale des Jeux du Québec de 2019, aucune ville ne s’est encore manifestée pour organiser l’événement. Sollicitée par Sports Québec, la Ville de Drummondville a rapidement décliné cette offre aux allures d’appel à l’aide.

-Après avoir accueilli la finale de la coupe Canada en 2016, Drummondville pourrait bien être le théâtre du championnat canadien de tennis de table d’ici 2021. La présidente du club Intersport, Nathalie Lamothe, a profité de sa visite à Markham, en Ontario, où se déroulait le championnat canadien, pour mousser la candidature de Drummondville auprès des dirigeants de Tennis de table Canada.

-Dans une ambiance digne des grandes courses norvégiennes de ski de fond, Hugo Houle s’est classé 29e (+3 min06,61 s) du contre-la-montre du championnat du monde de cyclisme sur route, disputé à Bergen en Norvège.

-Alicia Côté continue de gravir les échelons sur la scène internationale du tennis de table. Lors du championnat panaméricain senior disputé à Cartagena de Indias, en Colombie, la jeune pongiste a décroché la médaille d’or en double féminin. En finale, la paire canadienne qu’elle formait avec Mo Zhang l’a emporté 3-0 devant les Américaines.

-Les Voltigeurs amorcent leur saison d’étonnante façon dans la LHJMQ. La troupe de Dominique Ducharme qui, selon les experts, n’a rien pour prétendre aux grands honneurs particulièrement en raison du manque d’expérience de plusieurs joueurs, débutent l’année avec trois victoires en quatre parties.