L’Avenir : «Il faut que ça bouge en 2018»

L’Avenir : «Il faut que ça bouge en 2018»

Jean Parenteau, maire de L'Avenir.

Crédit photo : Photo Ghyslain Bergeron

Par Jean-Claude Bonneau

VISION 2018. Réélu pour un troisième mandat à la mairie après avoir agi comme conseiller municipal durant dix-sept ans, Jean Parenteau voit toujours «l’avenir» avec optimisme et souhaite que sa petite municipalité, L’Avenir, connaîtra un essor important au cours des prochaines années.

Pour le maire, la présence d’un dépanneur est devenue la priorité des priorités et il faudra que ça bouge en 2018. D’autres projets retiendront également l’attention des élus comme la fibre optique, le réseau routier et un projet domiciliaire, sans oublier la rénovation du garage municipal qui pourrait se faire en mi-mandat.

Des services à la population

Depuis février 2016, les gens de L’Avenir ont perdu une part de leur identité dans l’incendie du dépanneur, un point de rassemblement dans lequel la SAQ, Postes Canada et une épicerie offraient leurs services.

«Personne n’a pris la relève et il est grandement temps que ça bouge. On ne peut plus rester sans dépanneur. Il y a bien le projet de la 55 qui est en évolution, mais il n’y a encore rien de conclu. Ce projet est mis de l’avant par un promoteur privé qui aimerait y installer une station-service, un Tim Horton et un dépanneur, un peu comme on retrouve à l’entrée de petites municipalités comme Richmond. Selon ce qu’il a été possible de savoir, le projet suit son cours et les démarches vont bien. Toutefois, rien n’est confirmé. Si le projet se matérialise au cours des prochains mois, ce sera tant mieux. Si non, il faudra s’organiser par nous-mêmes. Il semble que le terrain de l’ancien dépanneur pourrait éventuellement être mis en vente. Ce serait sûrement une belle opportunité. On vit vraiment dans l’espoir de voir ce projet de dépanneur prendre forme officiellement dans la prochaine année, afin d’offrir ces services de première ligne à nos citoyens», souligne Jean Parenteau.

Le projet de la fibre optique est aussi très discuté. «On attend après ça depuis un petit bout et il faut que ça parte le plus tôt possible. Pour L’Avenir, c’est une question de développement, tant résidentiel que commercial ou industriel. Il y a sûrement de jeunes entrepreneurs qui seraient intéressés à s’installer à L’Avenir et de pouvoir travailler à partir de leur domicile, de là l’importance de ce projet», renchérit M. Parenteau.

Comme le précise le maire, il est certain que le conseil attachera aussi une attention particulière au réseau routier, tout en espérant compléter la descente à la rivière de la route Lachapelle.

2018 pourrait également marquer le lancement d’un nouveau projet domiciliaire à L’Avenir. «La municipalité a acheté les terrains. Il reste à les morceler. Nous allons chapeauter complètement ce projet qui pourrait accueillir jusqu’à 25 nouvelles résidences et pas besoin de dire que ce projet se veut très dynamisant».

Et si l’on regarde un peu plus loin, les dirigeants municipaux devront également plancher sur les travaux de rénovation et d’agrandissement du garage municipal, travaux qui devraient s’enclencher en 2019. «Il est possible de préparer le dossier dans la prochaine année mais étant donné que les travaux seront étroitement liés au programme fédéral-provincial d’infrastructures (le fameux programme sur la taxe de l’essence), il faudra attendre en 2019 pour obtenir les subventions nécessaires», conclut M. Parenteau qui se dit aussi très heureux de voir jeunesse et expérience se côtoyer au sein du nouveau conseil municipal.