La Lanterne : une revue qui éclaire le passé

La Lanterne : une revue qui éclaire le passé

La Société de généalogie peut compter sur plusieurs bénévoles afin de poursuivre sa mission.

Crédit photo : Ghyslain Bergeron

HISTOIRE. La Société de généalogie de Drummondville a lancé le premier numéro de la 23e année de la Lanterne à l’intérieur de ses nouveaux locaux situés dans l’édifice Francine-Ruest-Jutras, à même la nouvelle bibliothèque.

Plusieurs dignitaires avaient été invités à participer au lancement de la revue, qui présente la deuxième partie des 100 ans d’histoire de la municipalité de Saint-Edmond-de-Grantham. Le trésorier de l’organisme, Réjean Dupuis, n’a pas manqué de faire l’éloge des nouveaux locaux.

«Les gens vont pouvoir redécouvrir la Société de généalogie de Drummondville. On a plus de 3000 volum

Réjean Dupuis. Photo – Ghyslain Bergeron

es pour la consultation qui sont accessibles aux visiteurs de la bibliothèque», a-t-il exprimé.

Quant au président, Claude Verrier, la fierté pouvait se lire sur son visage. «C’est une belle organisation que nous avons. Outre les volumes, les ordinateurs sont accessibles aux membres de la société. Nous avons des programmes de recherches pour le Canada, les États-Unis et quelques pays d’Europe. Nous aurons bientôt une nouvelle licence appelée Geneanet qui ouvrira les portes à un plus grand éventail de recherches», a ajouté M. Verrier.

Claude Verrier.

La société a aussi rapatrié du sous-sol de l’édifice municipal la collection Jean-Gilles Jutras. Elle a été classifiée et sera exposée graduellement aux usagers de la bibliothèque municipale. Des volumes très rares, dont «La chanson de Roland, L’Île D’Orléans et la guerre, Yes Sir» sont présentement en exposition.

À lire aussi dans cette édition

– Drummondville à l’époque des glacières

– Les joies de l’hiver

– Thomas Gasse

– Congrégation des Sœurs de la Présentation