La grève évitée chez Microbird Girardin

La grève évitée chez Microbird Girardin

Les travailleurs de Micro Bird Girardin menacent d'aller en grève.

GRÈVE. La grève qui guettait Microbird n’aura finalement pas lieu. 

Le vote a eu lieu vendredi à la salle Claude-Mouton de l’hôtel Best Western Universel. Les travailleurs ont finalement accepté l’offre patronale à 79 %.

Rappelons que ces derniers s’étaient donné un mandat de grève, à exercer au moment jugé opportun,  au cours de l’été. Le contrat voté cette fin de semaine ne prévoit plus de temps supplémentaire obligatoire et l’employeur a renoncé aux modifications qu’il souhaitait auparavant apporter aux horaires.

«La mobilisation a fait la différence. Les gens ont refusé des horaires de fous qui les auraient contraints à commencer à 6h, alors qu’il n’y a pas de garderie ouverte. L’employeur a aussi dû renoncer au temps supplémentaire obligatoire. C’est une victoire pour ces travailleurs qui étaient prêts à se battre pour préserver leur vie de famille », souligne le représentant syndical des Métallos, Claude Langlois.

Le contrat prévoit des hausses salariales totalisant 13,5 % sur 5 ans, rétroactif au 1er janvier dernier. Au terme de cette négociation de 9 mois, les travailleurs joindront par ailleurs le regroupement des assurances collectives métallos (Comité des avantages sociaux métallos – CASOM).

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.