Kevin Généreux carbure aux défis

Kevin Généreux carbure aux défis

Kevin Généreux

ARTS MARTIAUX MIXTES. Kevin Généreux n’est pas du genre à reculer devant les défis. Au contraire, il y carbure. Le Drummondvillois de 26 ans en fera de nouveau la démonstration, le 7 avril, à la Tohu de Montréal, dans le cadre du prochain gala d’arts martiaux mixtes professionnels de l’organisation TKO.

Dans un affrontement chez les poids légers (155 livres) présenté en carte préliminaire, Généreux (2-2) sera opposé au Hongrois Robert Seres (4-1). Il tentera alors de signer une troisième victoire consécutive après avoir perdu ses deux premiers combats chez les professionnels.

«C’est un gars dangereux. Il a une bonne guillotine et une bonne force de frappe. Ce sera un bon test. Beaucoup ont peur de l’affronter. Moi, j’aurais pu faire face à n’importe qui d’autre, mais je veux me faire un nom. J’ai affronté tout le monde chez les amateurs et je veux faire la même chose chez les pros. Si je bats Seres, ça va m’ouvrir beaucoup de portes au Canada», a lancé Généreux.

«Ma vitesse et mes déplacements seront la clé, a-t-il poursuivi. Si je me plante les pieds devant lui, ça va être dangereux. Je vais devoir bouger autour de lui. Ce sera un gros combat. Je ne m’attends pas à ce que ça finisse aussi vite que mes deux dernières victoires.»

À sa dernière sortie dans l’octogone, le 13 janvier, à la Tohu, Généreux a vaincu l’Ontarien Matar Lo (0-1), un spécialiste du muay thaï. Il lui a infligé un spectaculaire K.O. dès la troisième minute du premier round.

«Mon adversaire était très grand. J’ai mangé un coup au début. Ma vision était embrouillée, alors j’étais hésitant. Mais dès que je l’ai atteint avec un premier coup de poing, j’ai su que ça ne serait pas long. Il était lent et ma vitesse a eu raison de lui», a raconté Généreux, qui a signé un contrat de trois combats au sein de l’organisation TKO.

Autrefois membre du collège Team Bergeron de Wickham, Généreux s’entraîne maintenant au complexe BTT Canada de Beloeil, où il côtoie d’ailleurs quelques combattants drummondvillois. Il met les bouchées doubles à l’entraînement en vue de son prochain combat.

«Je passe ma vie au gym. Je me suis entouré des meilleurs entraîneurs en jiujitsu, en lutte et en boxe. C’est de l’expérience que j’ajoute chaque jour dans mon bagage», a-t-il expliqué.

Spécialiste du kickboxing, Généreux excelle principalement en position debout, mais il travaille également sur l’amélioration de sa technique au sol en compagnie de l’ancien champion mondial de jiujitsu brésilien Lee Villeneuve.

«Je fonce beaucoup sur mes adversaires. Je n’ai peur de rien. Ça ne me dérange pas de frapper ni de me faire frapper. Ce n’est pas pour rien qu’on me surnomme le Spartiate. Je vais à la guerre», a conclu Kevin Généreux.