Gratitude… reconnaissance et remerciements

Gratitude… reconnaissance et remerciements

Rose on the tombstone

Crédit photo : Photo Deposit

Cette lettre a été écrite par Jean-Guy Moreau

En ce début de l’année 2018, il est bon de souligner le travail remarquable du personnel dévoué auprès de  celles et ceux qui, rendus au grand âge et malades,  se retrouvent dans les Centres d’hébergement de longue durée.

Grâce à votre générosité, au service de mes 2 parents, une tante et de tous les autres, ils ont pu poursuivre leur pénible marche en avant grâce aux soins attentifs que vous leurs prodiguez. Notre père vient de terminer son périple terrestre bien entouré de ses proches et du personnel aimable, dévoué, empressé, respectueux, qualifié et complètement surchargé.

Depuis les 2 dernières années, la tâche semble de plus en plus difficile de prendre soin de celles et ceux qui doivent demeurer longuement dans les CHSLD. Malgré les efforts consciencieux des membres des équipes de soignants, il n’est pas toujours possible de répondre aux besoins de plus en plus inattendus en raison du grand âge de plusieurs. Il est évident que les exigences du travail dépassent la force collective du personnel en place. Il faudrait beaucoup plus de ressources humaines pour bien s’occuper de nos aînés qui souffrent sans quoi il y a un risque d’épuisement du personnel soignant. Des groupes de pression réclament plus de fonds au Gouvernement. Il est bon de continuer à demander plus pour répondre aux besoins particuliers et grandissants.

Il y a possiblement une autre avenue à privilégier. Celle d’une généreuse solidarité des aidants naturels et des proches aidants pour rendre service à nos proches malades et rendus au grand âge. Se rendre attentifs à nos proches, être présents pour les soutenir concrètement au quotidien n’est pas juste une corvée…C’est un privilège de se rapprocher des plus éloignés…

Les visiter pour apaiser la solitude du malade ayant atteint le grand âge. Les aider à bouger pour préserver leur autonomie. Les accompagner pour aller vers les autres, socialiser, s’amuser, participer aux activités. Les encourager à tenir bon malgré les épreuves et la maladie. Suppléer au manque du personnel pour sécuriser notre proche, assurer une présence familiale sur place, apaiser, répéter patiemment, s’impliquer dans des besoins concrets, profiter de toutes les occasions pour fêter, se réjouir…

On devient proche aidant à l’usage, sur le tas, selon les besoins des personnes aidées. L’apprentissage par échanges d’expériences vécues entre proches aidants est irremplaçable. La formation, via les rencontres périodiques du Groupe de ressourcement rattaché au CHSLDFGH, est d’une qualité exceptionnelle grâce à l’expérience de longue date acquise par les professionnels, médecins, psychologue, neuropsychologue, gérontopsychiatre, travailleuses sociales, infirmières, etc. L’Institut de gériatrie de Montréal qui réunit plusieurs chercheurs qui s’intéressent au nouveau phénomène du grand âge propose aussi des conférences qui donnent des pistes pour des interventions originales. Les organismes régionaux comme l’Appui, l’Appad, la Table régionale et autres suggèrent diverses activités propices aux propres aidants.

Cependant pour tenir bon dans le rôle d’aidant naturel, être en bonne forme physique est capital. Plusieurs proches aidants pratiquent régulièrement le nouveau sport du pickleball. En outre, il revient à chacun de choisir les moyens pour être en pleine forme et d’opter pour de saines habitudes de vie.

Être proche aidant de personnes malades et rendus au grand âge requière un certain nombre d’attitudes à développer au niveau du savoir être comme devenir plus paisible, plus silencieux, à l’écoute des signes indicatifs des aidés, transmettre la sécurité, la confiance, la joie de vivre, etc. et à cet effet la pratique quotidienne de la méditation, la musique apaisante choisie et les lectures inspirantes, etc. sont à mettre à l’ordre du jour. Adopter la phrase suivante à répéter continuellement aide à garder le cap au jour le jour : «J’avance au quotidien, le cœur léger et sans souci, sachant que tout est bien »

Merci aux préposées, infirmières et autre personnel soignant. Merci aussi à l’équipe des loisirs pour l’originalité des activités et divertissements. Merci aussi à Monsieur le curé et ses deux collaboratrices pour les célébrations du dimanche matin dans la joie de vivre. Merci aussi à tous les bénévoles et enfin un grand merci aux proches aidants et aidants naturels qui viennent ajouter un plus de vie, au jour le jour, permettant ainsi un peu de répit au personnel essoufflé par les exigences inhumaines de la tâche.

Espérons que l’année 2018 verra grossir la communauté des proches aidants avec de plus en plus d’aidants naturels et de proches aidants devenant encore plus proches et présents au quotidien auprès de celles et ceux qui nous précèdent et qui nous ont aidés à vivre…et en communication constante avec le personnel dédié.

Être proche aidant… est un privilège. Une occasion pour s’humaniser par l’exemple donné par le personnel au service de celles et ceux qui en ont grand besoin

Ensemble, par l’esprit d’entraide, nous pouvons donner un coup de mains pour alléger les surcharges de travail dû au manque de ressources.

Grand merci sincère à celles et ceux qui sont proches des plus éloignés par la maladie et le grand âge.

Good job et A+ pour les Francine, Catherine, Caroline, Yanika, Marie, Hélène, Anne-Marie, Andréa, Michèle, Sylvie, Marie-Ève, Lucie, Lise, Annie, Marie-Claude, Éric, Denis, Marise, Maggy, Geneviève, Marie-Pierre, Diane, Louise, Madeleine, Gabrielle, Éliane et tous les autres. Bonne et heureuse année et surtout bonne santé afin de poursuivre un travail remarquable au service des personnes parmi les plus vulnérables dans notre Société.

Jean-Guy Moreau, proche aidant, au nom de ma famille