Le procès débute demain

Saga du site d'enfouissement de Saint-Nicéphore


Publié le 19 avril 2017

Des représentants du GODD au moment du référendum, en mars 2013.

©Ghyslain Bergeron, archives

La saga opposant la Ville de Drummondville, Waste Management et le Groupe des opposants au dépotoir de Drummondville (GODD) se poursuit au palais de justice, quatre ans après le fameux référendum autorisant la poursuite des activités de la compagnie américaine dans le secteur Saint-Nicéphore.

Le procès s'enclenchera jeudi matin au palais de justice de Drummondville et devrait durer jusqu'au 28 avril.

Le litige concerne entre autres l'attestation de conformité qui a été attribuée à Waste Management par Drummondville, que les opposants considèrent comme invalide. Ils croient également que la Ville n'a pas respecté la volonté des citoyens, lesquels avaient voté à 62 % contre la poursuite des activités sur le site d'enfouissement de Saint-Nicéphore au cours du référendum à cet effet en mars 2013.

Rappelons que la Ville s'était défendue à L'Express en 2015 en disant qu'elle n'avait pas le choix de produire le certificat, sous peine d'être traduite en justice par Waste Management.

Difficile de dire à combien pourraient se chiffrer les dépenses liées à cette saga judiciaire. La Ville a fait appel à un bureau privé d'avocats pour la représenter.

L'Express couvrira le procès.