Le député Schneeberger appuie les ressources intermédiaires

Le député Schneeberger appuie les ressources intermédiaires

Les députés Sébastien Schneeberger et François Paradis avec Chantal Letendre, Julie Dubé et Cindy Gouin, copropriétaires de la Ressource intermédiaire St-Charles à Drummondville; en arrière, Michel Clair, ancien député de Drummond.

Crédit photo : Gracieuseté

POLITIQUE. Le député de Drummond-Bois-Francs Sébastien Schneeberger appuie un meilleur financement des ressources intermédiaires d’hébergement.

«Le ministre de la Santé fait la fine bouche au lieu de régler le dossier, accuse-t-il, alors que l’entente avec le ministère est échue depuis 2015.»

Sébastien Schneeberger s’est joint aux centaines de représentants des établissements venus manifester à l’Assemblée nationale.

«L’attitude du gouvernement libéral est inacceptable, s’indigne-t-il. Après avoir haussé le salaire minimum de 18 %, il propose seulement 8 % pour les quelque 10 000 personnes employées par les ressources intermédiaires. Or, ce personnel composé de femmes à 90 % subit une forte disparité de ses conditions de travail par rapport au secteur public.»

«Juste l’augmentation de 1,6 milliard de dollars consentie aux médecins généralistes représente plus que le double des salaires versés au personnel préposé aux bénéficiaires dans les ressources intermédiaires. Ce sont pourtant des milieux de vie essentiels dans le réseau de la santé. Les travailleuses et travailleurs y prennent soin de milliers de gens vulnérables : personnes âgées et patients avec des problèmes de santé mentale, des déficiences intellectuelles ou des handicaps physiques. »

«Travailler dans une ressource intermédiaire, c’est une vocation quand on considère l’importance des services rendus par des personnes qui gagnent entre 11,25 $ et 14 $ de l’heure. Malheureusement, les négociations traînent depuis bientôt deux ans. Pour qu’elles débloquent, le gouvernement libéral doit donner un véritable mandat de négociation, compte tenu du contexte difficile des ressources concernées.»