Généreux, terre à terre et populaires

Généreux, terre à terre et populaires

Your Favorite Enemies est formé de Ben Lemelin (basse)

MUSIQUE – Le groupe drummondvillois Your Favorite Enemies, qui compte des milliers d’admirateurs partout sur la planète, ne prend rien pour acquis et se sent privilégié d’être si bien supporté.

Les membres le rendent bien à leurs «fans» et leur donne beaucoup de leur temps. Ils réalisent notamment une émission qu’ils diffusent pour eux sur le web, «Bla Bla Bla», et qui est traduite par les admirateurs eux-mêmes. Ils ne lésinent pas non plus sur les spectacles-surprises qu’ils organisent pour leur faire plaisir.

«C’est important, cette proximité-là», note Jeff, le guitariste, en parlant des liens tissés avec l’auditoire.

Il faut aussi dire que Your Favorite Enemies est tricoté serré. Ce qu’il y a de plus précieux à leurs yeux sont les leurs. Tout en partageant leur rêve avec la planète, ils prennent soins les uns des autres, telle une famille.

«Le show-business est pavé de rêves brisés», indique Alex, le chanteur, en parlant de la chance qu’ils ont d’avoir du plaisir entre amis tout en jouant de la musique.

Le parcours de vie qu’ils ont connu jusqu’à présent mériterait certes un film ou un livre. «Il y a tellement d’histoires d’amour dans notre histoire», s’amuse à dire Alex.

Leur carrière a débuté par six musiciens qui avaient le désir commun de jouer de la musique ensemble pour extérioriser leurs émotions. Non pas par ambition, ni pour la notoriété. Par pur plaisir. Contre toute attente, leur popularité a été d’une croissance fulgurante. Il n’en demeure pas moins que le groupe a passé par les mêmes étapes que les nouvelles formations musicales.

Ils rigolent d’ailleurs en racontant qu’à leurs débuts, ils s’échangeaient leurs t-shirt pour éviter qu’ils soient vus avec les mêmes vêtements lors de deux sorties publiques rapprochées. Ils racontent aussi qu’il leur est arrivé d’être invités à des endroits où ils n’avaient pas les moyens de se rendre. Leurs fans du Japon leur ont notamment payé des billets d’avion pour qu’ils puissent se produire dans leur pays.

Leur carrière a pris une tournure internationale grâce aux réseaux sociaux, en particulier MySpace. C’était l’époque où ils jouaient de la musique entre amis, dans un garage. Signe que leur carrière a pris naissance outre-mer bien avant qu’il soit reconnu ici, Your Favorite Enemies a donné son premier concert à vie au Japon.

C’est en cherchant un endroit insonorisé où ils pourraient jouer de la musique sans déranger le voisinage qu’ils sont tombés en amour avec l’église Saint-Simon et avec Drummondville.

(Texte sur leur maison-studio dans l’ancienne église Saint-Simon à lire ici.)

«On a nos racines au Québec», souligne Jeff en mentionnant qu’ils souhaitaient une maison au centre de la province, malgré les offres à l’international. «Il y a une question de cœur à travers tout ça», ajoute-t-il concernant le lieu choisi.

Texte sur leur nouvel album à lire ici.