Sections

Un spectacle de clôture haut en couleurs… et en cultures


Publié le 16 juillet 2017

CULTURE. C'est samedi soir, au son de la musique traditionnelle de Mackinaw, que s'est conclue la 36e édition du Mondial des Cultures de Drummondville. Particularité : les troupes ont revisité des chansons québécoises… à leur façon. 

Le Grand Théâtre Cogeco était bondé pour l'occasion. L'organisation du Mondial des Cultures a d'ailleurs noté une augmentation de l'achalandage d'environ 30 %, selon leurs premiers calculs.

La troupe indonésienne ont livré une performance tout en douceur et en élégance.
TC Media - Josyane Cloutier

Des odeurs d'encens flottaient dans l'air, quelques minutes avant le début du spectacle de clôture.

TC Media - Josyane Cloutier

C'est avec enthousiasme que le maire Alexandre Cusson a souligné le travail des bénévoles et des employés du festival. «Sans bénévoles, il n'y a pas de Mondial», a-t-il affirmé, avant d'enchaîner : «On n'arrête pas de faire mention de l'échange culturel. C'est très bien d'accueillir d'autres cultures de partout à travers le monde, mais c'est essentiel aussi de célébrer la nôtre.»

Ce sont les Japonais qui ont ouvert le bal avec leur version énergique de la chanson «Dégénérations», de Mes Aïeux, faite aux percussions.

Les danseuses irlandaises, avec leurs cheveux bouclés, ont marqué l'imaginaire.
TC Media - Josyane Cloutier

La troupe française, portée par la musique de Luc Plamondon et la voix mélodieuse d'une de leurs membres, et les jeunes danseuses représentant l'Irlande ont également dansé de façon endiablée. Le groupe de Porto Rico, les cheveux en bataille, ont glissé quelques mots en espagnol sur la chanson «Je t'aime comme un fou» en plus de bouger d'un air sauvage.

Karim Ouellet
TC Media - Josyane Cloutier

L'artiste Karim Ouellet, avec ses bermudas excentriques, a livré une performance folk pleine de sensibilité et empreinte d'un évident plaisir d'être sur scène. Quelques notes de musique électronique et de hip-hop sont même venues colorer sa musique. Les porteurs de drapeaux de la Belgique l'ont aussi accompagné pour ses dernières chansons.

Mackinaw ont fermé la marche (ou la danse !) du 36e Mondial des Cultures
TC Media - Josyane Cloutier

Le spectacle de fermeture s'est conclu sur un rigodon gracieuseté de Mackinaw, dont les pas de danse ont été guidés par des chorégraphies entraînantes avec une touche d'humour.

Toutes les performances ont été soulignées par une ovation de la part du public, visiblement sous le charme.

La 37e édition se déroulera du 6 au 14 juillet 2018. Un bilan complet devrait être dévoilé sous peu.