Confusion entourant la nouvelle signalisation

Confusion entourant la nouvelle signalisation

Avec la venue de la piste cyclable

SÉCURITÉ. Depuis quelques jours, les usagers du boulevard Jean-de Brébeuf à Drummondville ont pu remarquer l’apparition d’un nouveau marquage inhabituel sur la chaussée. La nouvelle signalisation permet le stationnement directement sur le boulevard à des heures spécifiques.

La Ville de Drummondville a aménagé une bande cyclable unidirectionnelle sur chaussée, de part et d’autre du boulevard Jean-de Brébeuf, entre l’accès de l’école La Poudrière et du boulevard Lemire, une première sur le territoire.

La nouvelle piste cyclable protégée se trouve en bordure du trottoir. Tout juste à gauche de celle-ci, le boulevard offre toujours deux voies de circulation, mais, à des heures déterminées, il est possible de stationner sa voiture dans la voie de droite dans les zones définies, ce qui ne fait pas l’affaire de tous.

«Les gros camions ne peuvent plus arrêter ici (au dépanneur) le matin pour acheter le journal, un café ou des cigarettes en raison de l’interdiction. Ça paraît sur les ventes. Si les clients habituels utilisent notre stationnement, les camionneurs ne prendront pas le temps de reculer. En plus, ça monopoliserait l’espace et ce serait dangereux», a expliqué l’employée du Marché Brébeuf.

Lors du passage de L’Express, les gens ne comprenaient visiblement pas l’objectif de la nouvelle signalisation.

«J’ai vu les lignes, mais je n’ai aucune idée à quoi ça sert…», a lancé une automobiliste âgée.

L’interdiction de stationnement est effective entre 7 h et 9 h le matin et de 15 h à 18 h en fin de journée, du lundi au vendredi.

Les zones pour se stationner se distinguent facilement. La ligne blanche pointillée double indique que le stationnement est permis à l’intérieur de la zone définie, mais il faut respecter les heures indiquées sur les nombreux panneaux installés sur les poteaux.

«Ça faisait un bon bout de temps que je n’étais pas passé par ici, et aujourd’hui, j’ai fait le saut en voyant une voiture stationnée dans la voie de droite. Je suis certain que ça va occasionner des accidents», a lancé un client qui a préféré se garer dans la cour du commerce.

«Je trouve que c’est 50-50. On est mieux protégé comme cycliste, mais le temps que le monde s’habitue, c’est dangereux quand tu veux t’arrêter dans la voie de droite», a commenté un usager de la piste cyclable.

Le marquage choisi par la Ville de Drummondville est déjà utilisé au Québec, notamment dans certains arrondissements de Montréal.

«Comme 14 000 véhicules empruntent cette artère par jour, la Ville a voulu élaborer le meilleur aménagement possible afin de répondre au débit journalier croissant de véhicules dans le secteur tout en assurant des passages sécuritaires aux cyclistes et en conservant l’accès au stationnement sur rue dans ce secteur principalement résidentiel», a expliqué Vincent Gauthier du service des communications à la Ville de Drummondville.