Aquacomplexe : les plaignantes invitées à rencontrer le C.A.


Publié le 14 mars 2017

Ces «dames en colère» ont porté leur débat devant le conseil municipal.

©TC Media - Reine Côté

Contestant vigoureusement le retrait de la gratuité de leurs bains libres à l'Aquacomplexe, des citoyennes de 65 ans et plus ont fait valoir leur désaccord devant le conseil municipal de Drummondville où le maire Alexandre Cusson les a invitées à rencontrer le conseil d'administration du centre sportif, «qui est autonome dans ses décisions budgétaires».

Comme elles l'avaient indiqué au journal L'Express dans un article intitulé «Des aînées en colère», Suzanne Gravel et ses camarades sont venues dire aux élus lundi soir que cette décision d'imposer un tarif de 3 $ par bain ou l'achat d'une carte annuelle au coût de 65 $ donnant droit à un accès illimité à la piscine était insensée pour des femmes âgées dont les revenus ne dépassent guère 20 000 $ par année et dont c'est le seul loisir.

«Où est-elle la politique municipale Drummonville amie des aînés? Il doit y avoir des dépenses moins utiles qu'on pourrait transférer», a soumis Mme Gravel. «Ce n'est pourtant pas énorme comme montant d'argent pour une Ville comme Drummondville. Vous monsieur le maire, vous avez de l'influence, vous pouvez intervenir», a pour sa part estimé Michèle Théroux.

«Le conseil municipal n'interviendra pas dans les priorités budgétaires des administrateurs de l'Aquacomplexe, a rétorqué le maire, il y a là des gens compétents qui tiennent compte de toutes les réalités, incluant celle du nouveau programme Nager pour survivre destiné aux jeunes de 3e année. Moi je vous le dis, vous devez rencontrer le conseil d'administration de l'Aquacomplexe», a répété le maire à plusieurs reprises.

La conseillère Isabelle Marquis, qui est membre de ce conseil d'administration, a exposé que les administrateurs ont été guidés par un souci d'équité. «Il n'y a pas seulement la catégorie des aînés, le tarif a augmenté pour les autres aussi et on a dû faire des arbitrages. L'Aquacomplexe a des charges énormes».

De son côté, le conseiller Yves Grondin a quasiment dit que le prochain budget pourrait tenir compte de ces récriminations. «Vos questions sont pertinentes et, au prochain budget, on va y repenser», a-t-il lancé.

Les dames impliquées ont admis ne pas avoir rencontré encore le conseil d'administration de l'Aquacomplexe, mais que cela ne saurait tarder. Nul doute qu'après leur sortie médiatique et leur questionnement au conseil municipal, elles seront attendues.