Le centre-ville effervescent pour la Classique hivernale

Le centre-ville effervescent pour la Classique hivernale

(Photo : Ghyslain Bergeron)

C’est parti pour la Classique hivernale de Drummondville, qui a pris son envol vendredi soir.

L’ambiance était effervescente au centre-ville de Drummondville pour la première soirée de la Classique hivernale. Une odeur de friture flottait dans l’air jusque sur la rue Lindsay.

Bonne nouvelle pour les organisateurs : Mère Nature est de leur côté jusqu’à présent, puisqu’il faisait plutôt doux… à condition d’être bien habillé.

Le Phoenix de Sherbrooke et les Voltigeurs de Drummondville ont ouvert le bal, vendredi soir. (Photo : Ghyslain Bergeron)

Une chose est sûre, les Drummondvillois étaient prêts. Armés de couvertures, de pantalons de neige et d’un breuvage chaud (ou d’une bière pour les plus festifs), ils n’ont pas hésité à crier et à sauter sur place dès le début du premier match de la Classique, opposant les Voltigeurs au Phoenix de Sherbrooke.

Pauline, une bénévole, se réjouissait d’avance de sa fin de semaine. «C’est spécial !», s’est-elle enthousiasmée, précisant qu’elle aime bien discuter avec les gens. Près de 200 bénévoles oeuvreront au sein de la Classique au cours du week-end.

De plus, d’après les commentaires reçus sur place, les citoyens sont bien contents que cet événement prenne place dans leur ville. L’un d’eux a même souligné qu’à une période de l’année où les événements sont peu nombreux, la Classique dynamise le centre-ville. Le site semble également faire grande impression auprès des Drummondvillois, qui le trouvent beau.

Louis Morissette agit comme porte-parole de l’événement.

Rappelons que le match de vendredi soir sera suivi d’un spectacle d’Alain François. Samedi, c’est Gregory Charles qui prendra possession de la scène, suivi par les Gospangels. Pour la dernière journée, le groupe drummondvillois Pleine lune fera danser le public, et la chansonnière Allyson Pétrin mettra également son grain de sel. Des jeux gonflables seront accessibles dès 11h, samedi et dimanche.

Précisons que le maire Alexandre Cusson n’a pas exclu l’idée de ramener une deuxième Classique hivernale à Drummondville éventuellement.

La mise au jeu protocolaire (Photo : Ghyslain Bergeron)