Un centre d’escalade verra le jour à Drummondville

Un centre d’escalade verra le jour à Drummondville

Les deux entrepeneurs, Simon-Louis Pépin et Lysandre Beauchemin, sont passionnés d’escalade depuis des années.

Crédit photo : Josyane Cloutier

Un nouveau gymnase consacré à l’escalade, L’Escarpé, ouvrira ses portes dans l’ancienne usine Denim Swift, une première à Drummondville et en région.

Les deux jeunes entrepreneurs derrière ce projet, Lysandre Beauchemin et Simon-Louis Pépin, sont tous les deux passionnés d’escalade depuis plusieurs années. «C’était quelque chose de marginal, consacré aux gens adeptes de plein air vraiment crinqués. De plus en plus, l’activité physique est en vogue et les gens cherchent d’autres façons de faire du sport», explique Simon-Louis Pépin, qui est également kinésiologue de formation.

L’idée de se lancer en affaires a germé il y a environ un an et demi. Après plusieurs mois de procédures, ils en sont actuellement à l’aménagement des locaux et à la finition, dans le but d’ouvrir leurs portes le 9 décembre prochain. «Dans les dernières semaines, ça avance vraiment vite», avoue Mme Beauchemin avec un petit rire. Ils estiment pouvoir accueillir entre 50 et 60 grimpeurs à la fois. Entre 5 et 6 emplois à temps partiel seront créés dans les premières semaines, mais cela pourra changer une fois que l’ouverture sera complétée, selon les deux entrepreneurs.

L’Escarpé sera consacré à l’escalade de bloc, une technique réalisée à une hauteur moindre. Des circuits que les grimpeurs doivent compléter seront créés sur les parois, en fonction des objectifs et des envies de chacun. «Ça prend en moyenne entre 20 et 40 secondes pour terminer un parcours. C’est très exigeant pour un très court laps de temps. Dès la fin du circuit ou une chute, une autre personne peut prendre la place. La rotation se fait donc extrêmement rapidement», dévoile Simon-Louis Pépin.

Et selon les deux passionnés, l’escalade est un sport très accessible, pour tous les niveaux, en plus d’être ludique. «Avec l’escalade en bloc, le matériel n’est pas nécessaire, puisque les sportifs tombent dans des matelas épais et que la hauteur des murs n’est pas très importante. Aucune formation n’est nécessaire non plus, et ce n’est pas très cher. Tout ça fait en sorte que le sport devient très populaire», définit Lysandre Beauchemin.
Et L’Escarpé pourra offrir à ses grimpeurs des nouveaux circuits régulièrement, afin de conserver un attrait de nouveauté. «Nous allons essayer d’avoir des nouvelles parois à essayer en tout temps», précise Simon-Louis Pépin.