Le Bureau de la sécurité des transports amorce son enquête

Le Bureau de la sécurité des transports amorce son enquête

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité du transport sont sur place.

Crédit photo : Ghyslain Bergeron

DRUMMONDVILLE. Le Bureau de la sécurité des transports (BST) vient de débuter son enquête relativement à l’écrasement d’un hélicoptère qui a fait trois morts jeudi soir, vers 21h, dans le secteur de Saint-Joachim-de-Courval, à Drummondville.

En point de presse sur les lieux de la tragédie, Pierre Gavillet, enquêteur au BST, a cependant fait savoir que très peu d’informations sont disponibles pour l’instant.

«Nous allons débuter par documenter le site de l’accident, recueillir les données météo et voir s’il y aurait des tracés radar pour tenter de comprendre ce qui s’est passé. On va regarder les marques dans la neige et le point d’impact. On retrouve des pièces de l’hélicoptères à plusieurs endroits. Compte tenu du froid qu’il fait aujourd’hui – et qui pourrait ralentir les opérations sur les terrains – nous estimons à quelques heures le travail que nous aurons à faire ici», a indiqué l’enquêteur Pierre Gavillet.

L’hélicoptère serait très endommagé, en raison évidemment de l’impact et de l’incendie qui a suivi.

«Quand l’épave est endommagée, ça nous donne plus de difficultés. L’expert technique va évaluer le tout avant de déplacer l’appareil et ensuite, nous verrons si des expertises en laboratoire seront nécessaires», a précisé M. Gavillet.

Questionné à savoir si la météo a pu jouer dans ce drame, M. Gavillet a insisté sur le fait qu’il est encore trop tôt pour statuer à ce sujet.

«C’est peu fréquent comme tel que le vent peut causer des pertes de contrôle. Ce qui est plus fréquent, c’est un problème de réduction de visibilité, mais encore là, je n’ai pas eu le temps de faire une analyse.»

Le BST vérifiera évidemment les compétences du pilote qui a perdu la vie dans cet accident de même que deux femmes qui prenaient place dans l’engin.

«Il faut être qualifié pour avoir le droit de voler la nuit. On va vérifier si le pilote avait les qualifications nécessaires et quel était son niveau d’expérience», a indiqué l’enquêteur.

Selon ce qui a été possible de savoir, l’homme qui pilotait l’hélicoptère était en compagnie de sa fille et d’une amie de celle-ci. La Sûreté du Québec n’a pas encore confirmé l’identité des victimes, qui ne seraient pas originaires de la région de Drummondville.

La Sûreté du Québec a confirmé que l’hélicoptère, un Robinson R44, avait quitté la Beauce et se dirigeait vers Lanaudière, sans préciser les municipalités d’origine ou de destination.

À LIRE :