Balmir a soif de combats significatifs

Balmir a soif de combats significatifs

Jordan Balmir s’attend à se battre pour un titre nord-américain au cours des prochains mois.

Crédit photo : archives, Ghyslain Bergeron

BOXE. La carrière professionnelle de Jordan Balmir pourrait prendre une nouvelle tournure en 2018. Le boxeur drummondvillois s’attend à se battre pour l’obtention d’un titre mineur au cours des prochains mois.

Samedi dernier, à Zamora, au Mexique, Balmir (7-0-0, 5 K-O) a été sans pitié pour Ulises Banda (0-3-0), qu’il a vaincu par K-O dès le premier round. Un combat à sens unique disputé chez les poids moyens (160 livres).

«Je ne suis pas allé là-bas en vacances ni pour profiter du soleil. Bien sûr, je m’amuse toujours quand je boxe, mais j’avais une job à faire. Ce fut vite fait et bien fait, comme je l’avais prévu. J’étais prêt. Dès que la cloche a sonné, je ne lui ai laissé aucune chance. Il n’a jamais eu l’opportunité de m’imposer sa pression», a raconté Balmir.

Toujours invaincu chez les professionnels, le charismatique athlète de 24 ans ne cache pas sa soif de disputer des combats significatifs. Jusqu’ici, ses adversaires ne lui ont pas offert de grande opposition.

«Moi, je suis prêt à tout. De l’adversité, j’en ai déjà rencontré chez les amateurs. J’en redemande toujours, parce que j’aime les challenges. Toutefois, je laisse le soin à mon équipe de gérer ma carrière. Je comprends que je dois y aller une étape à la fois. Comme je n’ai pas un gros bagage d’expérience chez les amateurs, je n’ai pas droit à l’erreur chez les pros. Mais j’ai hâte et je serai prêt lorsque le temps viendra», a expliqué Django.

Jordan Balmir a été sans pitié pour Ulises Banda. (Photo gracieuseté Francisco Hernández)

Cette occasion pourrait venir rapidement puisque des pourparlers sont déjà en cours en vue de mettre sur pied un combat mettant à l’enjeu une ceinture nord-américaine. Le tout se déroulerait au Mexique, le printemps ou l’été prochain.

«Le combat que Jordan vient de disputer lui a ouvert beaucoup de portes. Il y a deux ou trois possibilités devant nous au Mexique», a révélé Serge Balmir, qui dirige la carrière de son fils.

Le paternel a également relaté comment son rejeton a littéralement séduit les habitants de la ville de Zamora. «Les gens ont rapidement adopté Jordan. Il a été si emballé par l’accueil qu’il a reçu qu’il a même acheté une vingtaine de billets pour des gens qui n’avaient pas les moyens d’assister au gala. Pendant le combat, il était le favori de la foule même s’il affrontait un Mexicain. Il a développé une véritable histoire d’amour avec les gens de la place. C’est devenu son deuxième Drummondville.»

D’ici là, Jordan Balmir devrait disputer ses deux prochains combats en février et en mars. Il a notamment été approché pour participer à des galas à Toronto, à Shawinigan, au Casino de Montréal ainsi qu’à la Tohu.

«Rien n’est encore signé, mais je compte être le boxeur le plus actif au Québec en 2018», a-t-il lancé.

Du 13 au 20 janvier, Balmir prendra part à un camp d’entraînement de sept jours à Las Vegas. Il en profitera pour se faire valoir sous les yeux d’une véritable légende de la boxe, le promoteur Roy Jones Jr.

«C’est mon idole de jeunesse. Ce sera un honneur pour moi de le rencontrer et de m’entraîner devant lui», a conclu Balmir.