Alexandre Cusson héritera de la présidence de l’UMQ

Alexandre Cusson héritera de la présidence de l’UMQ

Alexandre Cusson (Photo Ghyslain Bergeron)

Crédit photo : Ghyslain Bergeron

Le maire de Drummondville Alexandre Cusson héritera, de façon temporaire d’abord, du poste de président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) en raison de la défaite du maire sortant Bernard Sévigny à Sherbrooke.

«À titre de 1er vice-président de l’UMQ, c’est dans mes tâches d’occuper la présidence dans une circonstance comme celle-là. Mais c’est lors de la prochaine réunion du conseil d’administration qu’une décision sera prise officiellement au début du mois de décembre», a-t-il indiqué, refusant de s’avancer sur les intentions présumées des administrateurs de l’UMQ.

«J’ai une pensée pour Bernard Sévigny l’homme, qui était devenu un ami avec le temps. Je ne discuterai pas des enjeux à Sherbrooke, mais je trouve que c’est parfois difficile la politique. Du jour au lendemain, des gens se retrouvent sans emploi. J’ai beaucoup de respect pour eux et elles ce soir», a mentionné celui qui a été réélu sans opposition à Drummondville.

Alexandre Cusson a réservé la journée du 10 novembre pour procéder à l’assermentation des nouveaux élus et en profitera pour annoncer la composition des différents comités et des chantiers de travail. Il considère que le fait que les cinq candidats sortants ont été réélus envoie un signal de confiance en vers l’administration drummondvilloise. «C’est une continuité avec le dernier conseil. C’’est un vote de confiance envers notre façon de travailler ensemble. Le retour des conseillers facilite ma tâche. Chaque élu doit toutefois savoir qu’il est là pour transmettre ce que les citoyens veulent qu’ils amènent au conseil. Mais ils ne le feront pas tout seul, ce sera à la majorité», a-t-il fait valoir.

Questionné à savoir s’il ne s’agissait en quelque sorte de l’équipe Cusson, il a plutôt parlé de l’équipe Drummondville. «Je n’ai appuyé aucun candidat dans cette élection et les élus l’ont été sur une base indépendante. C’est la population qui a choisi et elle a fait un excellent choix. Moi, comme tout citoyen, j’ai voté dans mon district». Dans le district 3, là on attendait une chaude lutte, le maire a commenté la victoire de Catherine Lassonde en soulignant que la conseillère sortante est une battante. «On s’attendait à une lutte serrée parce que sont les deux mêmes adversaires qu’en 2013. C’est une femme de terrain. Elle n’est pas exubérante mais elle est efficace. Ceci dit, Mme (Marie-Josée) Lemaire a mené une belle campagne. Elle a favorisé des idées. On ne peut pas dire non à des talents», a-t-il laissé tomber.

Mentionnons en terminant que le taux de participation a été de 24 % à Drummondville.