«Pensez à moi quand vous irez au soleil»

- Sylvain Poissant


Publié le 8 mars 2017

Sylvain Poissant, un survivant du cancer, a présenté une conférence sur les dangers de la surexposition au soleil aux élèves de l'école secondaire Jeanne-Mance.

©TC Media - Ghyslain Bergeron

SENSIBILISATION. Sylvain Poissant est un survivant. Il a combattu six cancers depuis 2006. Aujourd'hui, toujours en traitements, il présente une conférence teintée d'humour sur les dangers de l'exposition au soleil aux élèves des établissements scolaires du Québec.

Les élèves de secondaire 3, 4 et 5 de l'école Jeanne-Mance ont assisté mardi matin à une convaincante conférence de M. Poissant. Ancien enseignant en éducation physique et sauveteur, il ne se souciait guère des conséquences de ses actes.

«On veut tous être plus foncés, plus beaux. On n'aime pas ça avoir une ligne blanche sur le pied à cause des sandales, alors on s'expose… on se surexpose, mais on pense tous être des Superman et que ça ne nous arrivera pas…», a raconté le survivant.

Il faut dire que 90 % des cancers de la peau sont directement liés à la surexposition de la peau au soleil.

En 2005, après avoir consulté un dermatologue, on lui diagnostique un mélanome qui atteint un indice de 13,2 sur 4 à l'échelle de Breslow, une mesure qui permet d'évaluer le pronostic de survie globale.

«Je n’avais pas le temps d'être malade. Quand j'ai demandé au médecin si je pourrais pratiquer le baseball rapidement après mon opération, il m'a répondu qu'il espérait seulement que je sois là dans trois mois…, a raconté M. Poissant aux élèves attentifs, mais aussi touchés par les propos. Ça chamboule une vie. J'ai eu des gens incroyables autour de moi pendant cette épreuve et six mois plus tard, je pouvais de nouveau lancer au baseball.»

Mais les réjouissances sont de courte durée. En 2006, on découvre trois métastases au thorax et au cou. Avec seulement 1 % de chances de vivre six mois, il se rend aux États-Unis afin d'y recevoir un traitement à l'interleukine, une protéine naturelle produite par le système immunitaire qui agit sur le système immunitaire lui-même. Avec ce traitement, il y avait 14 % de chances de réduire la maladie et seulement 7 % pour une guérison complète. Son poids devient très instable et il peut facilement perdre une vingtaine de livres en quelques jours pour ensuite les reprendre.

Sylvain Poissant
TC Media - Ghyslain Bergeron

Tous les mois, il rencontre son médecin et la maladie disparaît tranquillement, peu à peu, mais malheureusement, une fois de plus, le cancer revient en force.

«J'ai eu une autre opération au thorax et une au cerveau. J'ai eu un répit de trois ans par la suite, mais on le sait, la maladie n'est jamais bien loin», a ajouté M. Poissant.

En 2012 c'est maintenant le foie qui est atteint. Cette fois, il reçoit un traitement expérimental de deux ans, au Québec, qui se terminera dans les prochaines semaines. M. Poissant devra consulter son médecin afin de connaitre les résultats de ce traitement.

«Ce que les gens voient, c'est ce que je dégage. Je suis différent, mais en vie. Je suis devenu une meilleure personne avec tous ces combats», a-t-il lancé avant que les élèves ne l'applaudissent à la fin de son allocution.

Un message fort

Rencontrés après la conférence, des élèves de troisième secondaire se sont confiées.

«C'était vraiment intéressant et touchant ce qu'il nous a raconté. On va se mettre de la crème et c'est certain qu'on va faire plus attention. On ne pensait pas que les dommages sur la peau étaient cumulatifs», ont-elles exprimé.