Schneeberger dénonce la centralisation des services de santé

Publié le 16 mars 2017

Le député caquiste, Sébastien Schneeberger.

©Photo: TC Media @Ghyslain Bergeron

Le porte-parole de la CAQ pour le Centre-du-Québec, Sébastien Schneeberger, dénonce une série de problèmes engendrés par la réforme du ministre de la Santé et des services sociaux.

«À la coupure des services spécialisés à Nicolet s’ajoutent la fermeture de la Clinique des urgentologues et la fin des chirurgies thoraciques oncologiques à Drummondville», illustre-t-il.

Le député de Drummond-Bois-Francs rappelle que la région administrative centricoise, créée il y a 20 ans, attend toujours sa pleine reconnaissance avec tous les outils qu’elle implique notamment en matière de soins.

«La centralisation libérale se fait au détriment des patients qui vivent dans les régions, dit-il. Et le fait que nous soyons jumelés avec la Mauricie éloigne encore davantage la fixation des priorités et la prise des décisions par rapport à nos besoins locaux.»

Les professionnels de la santé du Centre-du-Québec ont multiplié récemment les appels à l’aide en lien avec leurs conditions de travail.

La CAQ a révélé que plus de 8000 patients centricois en quête d’un médecin de famille vont demeurer orphelins, une fois atteinte la cible du ministre de la Santé. La CAQ réclame par ailleurs un moratoire sur le projet Optilab à cause des conséquences néfastes de la fermeture de laboratoires médicaux dans la région.

«Je vais continuer à soutenir la mobilisation des acteurs régionaux afin que le Centre-du-Québec soit reconnu à part entière dans tous les domaines. Je vais poursuivre la lutte pour que les Centricois soient servis à proximité dans des délais réduits.

En bout de ligne, face à l’intransigeance libérale, il faudra changer de gouvernement en 2018 pour obtenir notre Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS)», conclut M. Schneeberger.