Une double intronisation au Temple de la renommée des affaires

Cynthia Giguere-Martel cynthia.giguere-martel @tc.tc
Publié le 11 janvier 2017

Alain Lemaire

©TC Media - Cynthia Giguère-Martel

RECONNAISSANCE. Ce ne sera pas un, mais bien deux entrepreneurs qui seront intronisés au Temple de la renommée des affaires le 13 février. Laurent et Alain Lemaire de Cascades seront ainsi les Bâtisseurs 2017.

«Qu'on soit deux c'est inusité, donc ça nous fait doublement plaisir! exprime Alain Lemaire tout souriant. Ça nous touche vraiment d'être reconnu par nos pairs.»

Natifs de Drummondville, Laurent et Alain Lemaire se sont investis pleinement tant sur le plan professionnel que social durant les dernières décennies, tout comme leur frère Bernard qui a accédé à la distinction du Temple de la renommée des affaires en 1997. «Que nous soyons réunis sur cette même liste sélect, c'est un velours que nous acceptons d'emblée», affirme Alain Lemaire.

Un parcours innovant dans un esprit de famille

À l'âge de huit ans, Laurent Lemaire se retrouve déjà plongé en plein cœur du monde du recyclage, alors que ses parents exploitent une petite entreprise de récupération de rebuts, la Drummond Pulp and Fiber. Il rejoint officiellement, en 1962, son père et son frère Bernard à la tête de Drummond Pulp and Fiber. Puis, en 1964, il participe aux premiers pas de Cascades à Kingsey Falls. Au sein du trio, il s'affirme comme l'homme de chiffres et le pondérateur.

Son arrivée comme président et chef de la direction de Cascades, en 1992, coïncide avec la restructuration des activités de la Société. M. Lemaire a fortement contribué au développement du modèle d'affaires de Cascades.

Au cours des onze années où il fut à la tête de Cascades, Laurent Lemaire a accompli un travail colossal, multipliant par quatre la taille de l'entreprise. L'année 2002 constitue d'ailleurs un sommet pour Cascades, qui a alors atteint un bénéfice net record de 169 millions de dollars.

En 2003, M. Lemaire cède la présidence de Cascades à son frère cadet, Alain. Il continue de jouer un rôle important au sein du conseil d'administration de la société, notamment comme président du conseil et comme vice-président exécutif, jusqu'en 2014.

Qui plus est, M. Lemaire s'est toujours senti concerné par l'engagement communautaire, ce qui lui a, plus d'une fois, valu des distinctions majeures dans les différents milieux où il œuvre.

Laurent Lemaire
Gracieuseté

De son côté, Alain Lemaire a participé dès le départ à la croissance de l’entreprise d’envergure qu’est devenue Cascades en se joignant, en 1967, à ses frères Bernard et Laurent à qui il succède en devenant président et chef de la direction jusqu’en 2013.

Sensibilisé très tôt à l'importance du recyclage et de la récupération, il a su développer les valeurs qui sous-tendent aujourd'hui le rayonnement de l'entreprise à l'échelle internationale.
Il a entre autres orchestré le redressement du Groupe papiers fins et la croissance soutenue de Norampac. C'est d'ailleurs sous sa gouverne que s'est effectué en 2006 le rachat de la participation de Domtar dans cette importante société de cartons-caisses, opération financière qui constitue l’une des plus importantes transactions de l'histoire de Cascades.

Membre du Cercle des présidents du Québec, M. Lemaire a reçu plusieurs distinctions dans les milieux des affaires régional et national.

En entrevue à la suite de la conférence annonçant l'identité des deux intronisés, Alain Lemaire a partagé deux événements qui, selon lui, s'avèrent les moments les plus marquants pour l'entreprise.

«L'une de nos plus belles réalisations c'est lorsque Cascades a fait son entrée à la bourse. La société a pu réellement prendre son envol, pas seulement ici au Québec, mais aussi à l'international. Ç'a fait boule de neige par la suite. Aussi, l'un des moments forts est sans aucun doute lorsque Cascades a été reconnue dans les années 1980 comme étant la meilleure entreprise au Québec.»

À ses dires, le principal héritage légué par Cascades est une entreprise en santé.

Le titre de «Batisseur 2017» leur sera donc décerné le 13 février  à l’Hôtel et Suites Le Dauphin, lors du traditionnel Coquetel des Bâtisseurs.

Prix Jean-Claude-Milot

Le Coquetel des bâtisseurs sera aussi l’occasion pour les propriétaires du Dauphin de dévoiler le récipiendaire du Prix Jean-Claude-Milotst remis annuellement par la direction de l’Hôtel, en collaboration avec la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond, à une personne, ou un organisme, dont l’action a apporté des retombées significatives pour le tourisme dans la région au cours de l’année précédente.