Une nouvelle caserne à Saint-Guillaume, coûte que coûte

Jessica Ébacher jessica.ebacher@tc.tc
Publié le 24 janvier 2016

L'actuelle caserne est située dans l'édifice municipal.

Photo TC Media - Jessica Ébacher

SÉCURITÉ. Advenant que la Municipalité de Saint-Guillaume n'obtienne pas de subvention pour la construction d'une nouvelle caserne, le projet ira tout de même de l'avant, assure le maire, Jean-Pierre Vallée.

Celui-ci a maintenant bien peu d'espoir de pouvoir mettre la main sur un chèque signé du gouvernement par l'entremise du Programme d'infrastructures Québec-municipalités (PIQM) au nom de son village. La demande a été transmise il y a quelques mois et le conseil municipal n'a toujours pas reçu de réponse.

Ce n'est pas ce silence radio de Québec qui empêchera toutefois la construction d'une nouvelle caserne, projet estimé à 1,2 million de dollars. «Si jamais ça ne fonctionne pas avec le PIQM, probablement qu'on va utiliser la taxe d'accise, qui pourrait atteindre les 700 000 $ ou 800 000 $ pour Saint-Guillaume. Si on en prend 600 000 $ (du montant global pour ledit projet), on pourrait emprunter la différence», explique M. Vallée. Le projet pourrait ainsi être complété vers l'été 2017.

La caserne actuelle est construite sur la longueur, de sorte que les camions doivent être stationnés l'un en arrière de l'autre au lieu d'être un à côté de l'autre, indique Jean-Pierre Vallée. Cela fait en sorte qu'ils doivent sortir à tour de rôle.

La municipalité a acheté le terrain voisin dans le but d'y construire une nouvelle caserne. Le bâtiment actuel pourrait être transformé en garage municipal.

«Actuellement, on utilise une shed qui appartient au juvénat», indique-t-il en ce qui a trait aux besoins de la municipalité pour un nouveau garage.

«La journée que le juvénat sera vendu et que des gens vont vouloir en prendre possession, il faudra sortir nos choses», poursuit-il.