Un projet de génie civil transformé en corridor faunique

Le GARAF collabore avec Gestion Fauvel

Cynthia Giguere-Martel cynthia.giguere-martel @tc.tc
Publié le 26 novembre 2015
Un exemple de stabilisation de berge dans le cours d’eau Marconi. 
Photo gracieuseté

ENVIRONNEMENT. Dans un avenir rapproché, plus de 650 terrains seront disponibles dans le secteur de La Commune longeant l'autoroute 55. Le plus grand défi aura été la gestion des eaux pluviales engendrant notamment l’exécution de travaux dans le cours d’eau Marconi. Gestion Fauvel, qui agit à titre de gestionnaire du projet, a fait appel au savoir-faire du Groupe d'aide pour la recherche et l'aménagement de la faune (GARAF) / Opération PAJE afin de minimiser les impacts néfastes.

D'entrée de jeu, il faut savoir que les travaux, à savoir le déboisement des rives et le reprofila du ruisseau, ont entraîné le déséquilibre de la biodiversité en plus de perturber la qualité de l'eau.

«Bien qu’il n’y ait pas de raison de s’alarmer, il est possible de réduire l’empreinte écologique et de bonifier les travaux, et ce, très rapidement», souligne Pablo Desfossés, coordonnateur du GARAF, indiquant que ce sont des élèves des écoles secondaires Jean-Raimbault et Marie-Rivier qui participent au projet.

Les étapes

Les travaux sont divisés en différentes étapes. D'abord, les portions sensibles à l’érosion sont aménagées par des techniques de stabilisation végétale. À ce propos, les élèves de Marie-Rivier ont déjà stabilisé 80 mètres.

«Il y a au total 2 kilomètres à stabiliser. C'est tout un contrat!» s'exclame-t-il avec ambition.

La plantation d’arbustes par bouturages est également une des tâches.

«Dans l’intention d’optimiser nos interventions et qu’elles avantagent la biodiversité, nous utiliserons le cornouiller stolonifère, le saule discolore, la spirée, le Myrique baumier, la vigne des bois, et d’autres espèces indigènes. La diversité des espèces implantées favorisera leurs croissances et agira plus rapidement comme stabilisateur des bandes riveraines», explique M. Desfossés.

Après les travaux de reprofila, un ensemencement hydraulique d’herbacé sera immédiatement mis en place.

Par ailleurs, notons que le schéma d’aménagement a été conçu de façon à éviter une symétrie répétitive que l’on rencontre traditionnellement. Par conséquent, les arbustes seront disposés de façon aléatoire.

«En clair, certaines règles dicteront parfois nos choix de plantation. Par exemple, dans une zone à forte pression hydrique, nous favoriserons des essences comme le saule discolore. La distance variera aussi entre les arbustes selon les contraintes du milieu. Le résultat de cette approche favorisera la survie des plants, la biodiversité faunique et floristique», précise-t-il.

«Ce secteur sera un atout pour l’écosystème urbain et la qualité de l’eau en plus de constituer un corridor urbain essentiel dans ce secteur résidentiel bordé par l’autoroute 55», soutient le coordonnateur, précisant que le secteur de La Commune comprend le Plateau St-Nicolas, Les Jardins St-Laurent, Le Plateau St-Denis et La Seigneurie.

L'état de la situation

À l’été 2012, l’équipe du GARAF a débuté le suivi de la qualité de l’eau sur trois stations d’échantillonnage. Les inventaires fauniques et floristiques ont également fait partie des travaux d’acquisition de connaissance. Une brève analyse de données a suggéré une qualité de l’eau acceptable et une biodiversité aquatique impressionnante en comparaison à des cours d’eau semblables, comme le ruisseau Cacouna. Pendant les cinq années suivant la fin des aménagements, les élèves feront le suivi et l’entretien. «Nous remplacerons donc les arbres et poursuivrons notre cueillette de données, lesquelles permettront de comparer l’état du cours d’eau entre les différentes phases de réalisation ainsi qu’après la fin des travaux. Il sera alors facile de déterminer l’évolution de l’écosystème recréé. Si nos prévisions s’avèrent exactes, la totalité des rives réhabilitées devrait former un corridor faunique adapté aux contraintes urbaines», fait savoir Pablo Desfossés, confiant.

À lire également : Vol d'une remorque au projet Opération PAJE