Un virage vers l'entrepreneuriat profitable pour Nathalie Boies

Cynthia Giguere-Martel cynthia.giguere-martel @tc.tc Publié le 4 décembre 2013
Nathalies Boies et son conjoint, Normand Chiasson, sont sur une belle lancée.
Ghyslain Bergeron

Femme dynamique, déterminée et créative capable de faire avancer ses idées et ayant des aptitudes de gestion, Nathalie Boies incarne le profil parfait de l'entrepreneure. La preuve : elle est passée de salariée à propriétaire d'une boîte de marketing et de deux concessions automobiles en trois ans.

À l'aube de ses 40 ans, l’appel de l’entrepreneuriat sonnait de plus en plus fort pour Nathalie Boies. Alors mère de deux filles et au sommet de sa carrière comme vice-présidente chez Cossette Communication, l’heure était arrivée de faire le grand saut, bien que cette décision représentait un risque professionnel et personnel très important. C'est donc en janvier 2010 qu'elle fonde Walkiri Marketing, une agence de publicité.

«J'ai commencé mes activités dans ma cuisine avec quatre autres personnes qui se sont jointes à moi au fil des semaines. Les contrats s'accumulant rapidement, j'ai donc ouvert un bureau dans le Vieux-Montréal», indique-t-elle.

Mais les projets ne s'arrêtent pas là pour cette entrepreneure toujours habitée par le rêve d'acquérir une concession automobiles.

«Depuis quelques années, tous les 31 décembre, mon conjoint et moi souhaitions de nous lancer en affaires», confie celle qui est issue d’une famille oeuvrant dans le domaine des voitures usagées.

Au printemps 2010, le hasard fait en sorte que leur rêve est à leur portée.

«Nous apprenions alors que Volkswagen Drummondville était à vendre. On s'est dit qu'on ne pouvait pas laisser passer cette chance», de dire Normand Chiasson qui partage sa vie avec Mme Boies depuis 17 ans.

Le couple réussi à convaincre les institutions financières de risquer le tout pour le tout.

«À cette époque, je travaillais chez Palm + Havas pour le compte de Volkswagen Canada. Je connaissais donc très bien cette entreprise. De plus, c'était un bon "timing" pour nous, car Volkwagen connaissait un vent de renouveau avec le lancement de nouveaux modèles de voitures abordables. Comme on dit, les astres étaient bien alignés», raconte M. Chiasson, originaire de Drummondville.

Après seulement six mois sous la nouvelle direction, Drummondville Volkswagen atteint le même chiffre d’affaires que l’année précédente dans son intégralité. Devant ce succès retentissant, c’est en 2012 que les partenaires de vie et d'affaires deviennent propriétaires de la concession Volkswagen de Victoriaville, soit quatre ans plus tôt que prévu à leur plan d’affaires.

Afin d'être plus près des trois entreprises, le couple, établi depuis plusieurs années à Saint-Lambert, décide de s'installer à Drummondville en octobre dernier.

«Maintenant, notre objectif est d'amener nos trois entreprises à maturité ainsi qu'à un standard d'excellence tout en continuant d'appliquer la même philosophie : l'écoute des besoins de nos clients», soutient Mme Boies qui n'écarte pas la possibilité d'ouvrir un bureau de Walkiri à Drummondville.

Femmes d'affaires du Québec

Le 30 octobre dernier, le Réseau des Femmes d'affaires du Québec a reconnu l'excellence et les réalisations de Mme Boies en lui décernant le Prix femmes d'affaires du Québec 2013 dans la catégorie «Nouvelle entrepreneure».

«C'est avec fierté que j'ai accepté ce prix qui me donne une belle visibilité. J'étais un peu surprise, car j'étais en lice avec des femmes inspirantes et connues, dont Dr Isabelle Huot», expose-t-elle.

Un virage vers l'entrepreneuriat profitable pour Nathalie Boies

Cynthia Giguere-Martel cynthia.giguere-martel @tc.tc Publié le 4 décembre 2013
Nathalies Boies et son conjoint, Normand Chiasson, sont sur une belle lancée.
Ghyslain Bergeron

Femme dynamique, déterminée et créative capable de faire avancer ses idées et ayant des aptitudes de gestion, Nathalie Boies incarne le profil parfait de l'entrepreneure. La preuve : elle est passée de salariée à propriétaire d'une boîte de marketing et de deux concessions automobiles en trois ans.

À l'aube de ses 40 ans, l’appel de l’entrepreneuriat sonnait de plus en plus fort pour Nathalie Boies. Alors mère de deux filles et au sommet de sa carrière comme vice-présidente chez Cossette Communication, l’heure était arrivée de faire le grand saut, bien que cette décision représentait un risque professionnel et personnel très important. C'est donc en janvier 2010 qu'elle fonde Walkiri Marketing, une agence de publicité.

«J'ai commencé mes activités dans ma cuisine avec quatre autres personnes qui se sont jointes à moi au fil des semaines. Les contrats s'accumulant rapidement, j'ai donc ouvert un bureau dans le Vieux-Montréal», indique-t-elle.

Mais les projets ne s'arrêtent pas là pour cette entrepreneure toujours habitée par le rêve d'acquérir une concession automobiles.

«Depuis quelques années, tous les 31 décembre, mon conjoint et moi souhaitions de nous lancer en affaires», confie celle qui est issue d’une famille oeuvrant dans le domaine des voitures usagées.

Au printemps 2010, le hasard fait en sorte que leur rêve est à leur portée.

«Nous apprenions alors que Volkswagen Drummondville était à vendre. On s'est dit qu'on ne pouvait pas laisser passer cette chance», de dire Normand Chiasson qui partage sa vie avec Mme Boies depuis 17 ans.

Le couple réussi à convaincre les institutions financières de risquer le tout pour le tout.

«À cette époque, je travaillais chez Palm + Havas pour le compte de Volkswagen Canada. Je connaissais donc très bien cette entreprise. De plus, c'était un bon "timing" pour nous, car Volkwagen connaissait un vent de renouveau avec le lancement de nouveaux modèles de voitures abordables. Comme on dit, les astres étaient bien alignés», raconte M. Chiasson, originaire de Drummondville.

Après seulement six mois sous la nouvelle direction, Drummondville Volkswagen atteint le même chiffre d’affaires que l’année précédente dans son intégralité. Devant ce succès retentissant, c’est en 2012 que les partenaires de vie et d'affaires deviennent propriétaires de la concession Volkswagen de Victoriaville, soit quatre ans plus tôt que prévu à leur plan d’affaires.

Afin d'être plus près des trois entreprises, le couple, établi depuis plusieurs années à Saint-Lambert, décide de s'installer à Drummondville en octobre dernier.

«Maintenant, notre objectif est d'amener nos trois entreprises à maturité ainsi qu'à un standard d'excellence tout en continuant d'appliquer la même philosophie : l'écoute des besoins de nos clients», soutient Mme Boies qui n'écarte pas la possibilité d'ouvrir un bureau de Walkiri à Drummondville.

Femmes d'affaires du Québec

Le 30 octobre dernier, le Réseau des Femmes d'affaires du Québec a reconnu l'excellence et les réalisations de Mme Boies en lui décernant le Prix femmes d'affaires du Québec 2013 dans la catégorie «Nouvelle entrepreneure».

«C'est avec fierté que j'ai accepté ce prix qui me donne une belle visibilité. J'étais un peu surprise, car j'étais en lice avec des femmes inspirantes et connues, dont Dr Isabelle Huot», expose-t-elle.

0 Comment(s)

Sign in or Create a profile to write a comment