L’église Saint-Jean-Baptiste sur le point d’être vendue

Cynthia Giguere-Martel cynthia.giguere-martel @tc.tc Publié le 1 juillet 2012

L’église Saint-Jean-Baptiste conservera sa vocation de culte religieux. De fait, elle devrait passer aux mains de l’Église de Pentecôte de Drummondville dans les prochaines semaines.

Le président de la Fabrique Bon Pasteur, Michel Blanchette, ainsi que le pasteur principal de l’Église pentecôtiste, Jonathan Bersot, ont confirmé la nouvelle obtenue par L’Express.

«Nous attendons la confirmation de la date à laquelle l’acte de vente sera notarié », a indiqué M. Bersot.

«Nous entretenons encore quelques pourparlers avec les dirigeants de l’Église de Pentecôte, mais nous avons bon espoir que ça se réalise», a pour sa part exposé M. Blanchette.

Une promesse d’achat a toutefois été acceptée.

Si elle est vendue, l’Église catholique, située au 190, rue Saint-Damase, coûtera 245 000 $ à l’acheteur.

Il y a environ un mois, les représentants de l’Église de Pentecôte ont présenté leur projet aux paroissiens de Saint-Jean-Baptiste lors d’une assemblée publique réunissant 125 personnes.

«Je peux dire que le projet a été accueilli assez ouvertement, car aucun paroissien n’a eu de question ou s’y est opposé. Il n’y a pas eu non plus de délibération au terme de la réunion», a précisé M. Blanchette.

De leur côté, 92 % des pentecôtistes présents à l’assemblée générale du 24 juin ont voté en faveur de l’achat de l’édifice religieux.

«La majorité était en accord avec le prix et avec le fait que nous devons changer d’emplacement pour répondre plus adéquatement à nos besoins. En fait, nous avons de plus en plus de personnes qui fréquentent notre église (située au 1700, boulevard Lemire). Le bâtiment actuel est donc rendu trop petit», a expliqué M. Bersot, quelques jours avant de s’envoler pour six mois en Australie afin de compléter son doctorat en théologie.

D’autre part, l'évêque du Diocèse de Nicolet, Mgr André Gazaille, a entériné le projet.

Notons que la vente n’inclut pas le presbytère.

Par ailleurs, M. Bersot a indiqué que le déménagement aurait lieu au printemps 2013, à son retour. Quelques travaux de réaménagement devront être réalisés à l’intérieur. En ce qui concerne l’extérieur, tout devrait rester tel quel.

«Nous garderons le clocher et la croix puisqu’ils sont des symboles religieux et que nos valeurs et croyances sont très près de celles des catholiques», a-t-il souligné.

«Je tiens à préciser également que même si nous devenons propriétaires, ça ne veut pas dire que l’église sera fermée à la communauté. Au contraire, elle est la bienvenue», a-t-il ajouté.

La Fabrique Bon Pasteur tente de vendre l'église depuis près de trois ans.

«Cela devient un problème, car ça engendre beaucoup de frais d’entretien», a signifié le président.

Depuis la fermeture des lieux, quelques projets pour convertir l'endroit ont été lancés, dont la création d’un centre d’escalade. L’église a également été transformée en salle de spectacles pendant un an, en 2010, lors des travaux de rénovation du Centre culturel.

L’église Saint-Jean-Baptiste sur le point d’être vendue

Cynthia Giguere-Martel cynthia.giguere-martel @tc.tc Publié le 1 juillet 2012

L’église Saint-Jean-Baptiste conservera sa vocation de culte religieux. De fait, elle devrait passer aux mains de l’Église de Pentecôte de Drummondville dans les prochaines semaines.

Le président de la Fabrique Bon Pasteur, Michel Blanchette, ainsi que le pasteur principal de l’Église pentecôtiste, Jonathan Bersot, ont confirmé la nouvelle obtenue par L’Express.

«Nous attendons la confirmation de la date à laquelle l’acte de vente sera notarié », a indiqué M. Bersot.

«Nous entretenons encore quelques pourparlers avec les dirigeants de l’Église de Pentecôte, mais nous avons bon espoir que ça se réalise», a pour sa part exposé M. Blanchette.

Une promesse d’achat a toutefois été acceptée.

Si elle est vendue, l’Église catholique, située au 190, rue Saint-Damase, coûtera 245 000 $ à l’acheteur.

Il y a environ un mois, les représentants de l’Église de Pentecôte ont présenté leur projet aux paroissiens de Saint-Jean-Baptiste lors d’une assemblée publique réunissant 125 personnes.

«Je peux dire que le projet a été accueilli assez ouvertement, car aucun paroissien n’a eu de question ou s’y est opposé. Il n’y a pas eu non plus de délibération au terme de la réunion», a précisé M. Blanchette.

De leur côté, 92 % des pentecôtistes présents à l’assemblée générale du 24 juin ont voté en faveur de l’achat de l’édifice religieux.

«La majorité était en accord avec le prix et avec le fait que nous devons changer d’emplacement pour répondre plus adéquatement à nos besoins. En fait, nous avons de plus en plus de personnes qui fréquentent notre église (située au 1700, boulevard Lemire). Le bâtiment actuel est donc rendu trop petit», a expliqué M. Bersot, quelques jours avant de s’envoler pour six mois en Australie afin de compléter son doctorat en théologie.

D’autre part, l'évêque du Diocèse de Nicolet, Mgr André Gazaille, a entériné le projet.

Notons que la vente n’inclut pas le presbytère.

Par ailleurs, M. Bersot a indiqué que le déménagement aurait lieu au printemps 2013, à son retour. Quelques travaux de réaménagement devront être réalisés à l’intérieur. En ce qui concerne l’extérieur, tout devrait rester tel quel.

«Nous garderons le clocher et la croix puisqu’ils sont des symboles religieux et que nos valeurs et croyances sont très près de celles des catholiques», a-t-il souligné.

«Je tiens à préciser également que même si nous devenons propriétaires, ça ne veut pas dire que l’église sera fermée à la communauté. Au contraire, elle est la bienvenue», a-t-il ajouté.

La Fabrique Bon Pasteur tente de vendre l'église depuis près de trois ans.

«Cela devient un problème, car ça engendre beaucoup de frais d’entretien», a signifié le président.

Depuis la fermeture des lieux, quelques projets pour convertir l'endroit ont été lancés, dont la création d’un centre d’escalade. L’église a également été transformée en salle de spectacles pendant un an, en 2010, lors des travaux de rénovation du Centre culturel.

0 Comment(s)

Sign in or Create a profile to write a comment