Le nationalisme au centre de la campagne de Sylvain Marcoux

Le nationalisme au centre de la campagne de Sylvain Marcoux

Sylvain Marcoux

Crédit photo : (Photo : Frédéric Marcoux)

ÉLECTIONS. Le candidat indépendant dans la circonscription de Drummond—Bois-Francs, Sylvain Marcoux, place le nationalisme au cœur de sa campagne. Il souhaite offrir une option différente à la population comparativement aux autres partis qui, à ses yeux, «jouent tous pour la même équipe en ce qui concerne les politiques d’immigration.»

Sylvain Marcoux constate une uniformité des discours au sujet de l’immigration. Celui qui travaille comme soudeur-assembleur estime que le problème de la pénurie de main-d’œuvre n’existe pas.

«Ce qu’on décide aujourd’hui va refléter sur le visage et le cerveau de notre culture dans 15 ou 20 ans. L’immigration de masse est injustifiée. La pénurie de main-d’œuvre est une vaste fumisterie. Il y a une pénurie de salaires décents présentement», tranche le candidat.

Il estime que l’arrivée des immigrants crée une «pression à la baisse sur les salaires». Sylvain Marcoux souhaite voir le salaire des travailleurs augmenter. À ses yeux, le salaire minimum à 12 $ de l’heure ne motive pas les citoyens à fonder une famille nombreuse.

«Si les gens ont plus de revenus, ils auront plus les moyens d’avoir une famille nombreuse, fait valoir Sylvain Marcoux. On dirait qu’on ne l’encourage plus la famille, qu’on la dévalorise en partant de la maternelle avec la promotion des programmes LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres). On décourage la famille. Un gars à 12 ans, c’est rendu qu’il se demande s’il est un gars avec les théories du genre. La famille traditionnelle n’est pas encouragée au Québec.»

Le candidat dans Drummond—Bois-Francs cautionne la Russie, où les manifestions publiques des homosexuels sont interdites. Il est d’avis que l’État doit «montrer l’exemple et valoriser les familles» nombreuses, pour le bien de la nation québécoise.

En éducation, le candidat aimerait apporter un côté «pratique», afin que les étudiants puissent découvrir divers métiers.

«Les jeunes qui ne savent pas quoi faire présentement vont en sciences humaines et cela les décourage présentement», indique-t-il.

En environnement, Sylvain Marcoux reconnaît l’importance de protéger l’eau ainsi que les autres ressources naturelles. Cependant, il ne croit pas que l’homme joue un rôle déterminant en ce qui a trait aux changements climatiques. Sur le plan économique, il avoue se situer plus à droite. Celui qui réside à Saint-Majorique-de-Grantham mentionne que la plateforme du Parti conservateur du Québec ne laisse pas assez de place à la question identitaire québécoise.

Interdire l’islam au Québec

Aux yeux de Sylvain Marcoux, l’islam représente une menace à la démocratie et à la culture québécoise. Le candidat veut voir le Québec faire preuve d’intransigeance envers cette religion.

«L’islam, ça devrait être interdit au Québec, insiste M. Marcoux. C’est incompatible avec la démocratie parlementaire. Qu’elle se fasse de façon tranquille ou qu’elle se fasse de façon radicale, l’islamisation, c’est l’islamisation. Tout ce qui est manifestation publique devrait être banni.»

Questionné à savoir si une personne adepte de l’islam qui pratique la religion chez lui devait se faire expulser de la province, Sylvain Marcoux rétorque que «nous avons des asiles psychiatriques. Elle peut se faire soigner, il y a des traitements pour ça».